Guadeloupe : Jean Castex annonce la création d'une "instance de dialogue" pour accompagner les soignants non-vaccinés

Guadeloupe : Jean Castex annonce la création d'une "instance de dialogue" pour accompagner les soignants non-vaccinés

RÉUNION - Le Premier ministre Jean Castex a échangé ce lundi avec les élus et parlementaires de Guadeloupe. À l'issue de la rencontre, il a appelé "au calme et à la responsabilité" et a annoncé la création d'une "instance de dialogue" pour accompagner les professionnels de santé non-vaccinés.

Après un week-end de forte tension en Guadeloupe, Jean Castex a mené une réunion avec les élus de l'île antillaise ce lundi. À l'issue de ces échanges, le Premier ministre a "appelé au calme" et "condamné avec la plus extrême fermeté" les violences qui ont éclaté ces derniers jours. "L'exigence de fermeté doit aussi s'accompagner d'un dialogue nécessaire pour entendre et comprendre nos concitoyens qui s'interrogent de bonne foi", a-t-il poursuivi. 

Toute l'info sur

La Guadeloupe et la Martinique en proie à de vives tensions

 Le chef du gouvernement a ensuite annoncé la création d'une "instance de dialogue" afin de "convaincre et d'accompagner individuellement, humainement" les professionnels concernés par l'obligation vaccinale. "Une mission du ministère de l'Intérieur sera à pied d'œuvre sur place dès mardi pour examiner avec eux les voies et moyens pour permettre les conditions 

de déploiement de l'obligation vaccinale et discuter aussi des sujets propres au fonctionnement du service départemental d'incendie et de secours de Guadeloupe", a poursuivi Jean Castex alors que les pompiers font partie des forces vives de la contestation. 

Contestation de l'obligation vaccinale des soignants

Plus tôt dans la journée, Emmanuel Macron a assuré la Guadeloupe de la "solidarité" de la nation et demandé de "ne rien céder au mensonge et à la manipulation par certains de cette situation" en marge d'un déplacement à Amiens. "On ne peut pas utiliser la santé des Françaises et des Français pour mener des combats politiques" et "il faut que "l'ordre public soit maintenu", a-t-il souligné sur un ton apaisant, insistant sur "une adhésion croissante à la vaccination" sur l'île, malgré l'opposition d'une "toute petite minorité".

Lire aussi

La Guadeloupe, qui connaît un fort taux de chômage qui atteint 35% chez les jeunes, et frappée de plein fouet par l'épidémie du Covid-19 cet été, est secouée depuis une semaine par un mouvement, ayant pour origine la contestation de l'obligation vaccinale des soignants, qui a dégénéré en crise sociale émaillée de nombreuses violences dans la nuit de jeudi à vendredi, quand ont débuté des violences et des pillages.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Inflexible face aux policiers, comment Cédric Jubillar justifie les incohérences entre sa version et celle des enquêteurs ?

EN DIRECT - Covid-19 : pas de fêtes du Nouvel An à Rio de Janeiro

Covid-19 : vacances de Noël avancées dans les écoles et rassemblements limités... la Belgique sur le qui-vive

Vaccin : au bout de combien de temps mon pass sanitaire est-il actif après la 3e dose de rappel ?

Norvège : une fête d'entreprise vire au probable foyer du variant Omicron, la moitié des convives infectés

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.