Danièle Obono juge le gouvernement "méprisant" à l'égard des retraités

MATINALE - Danièle Obono, députée de Paris France Insoumise, était l'invitée de la matinale LCI ce vendredi 16 mars. S'exprimant sur les conflits sociaux du moment, elle a jugé "méprisant" le comportement de l'exécutif vis-à-vis des retraités, qui se mobilisent contre la baisse de leur pouvoir d'achat.

Ils étaient dans la rue en cette semaine du 12 mars. Retraités et personnels des Ehpad, manifestant respectivement contre la baisse de leur pouvoir d'achat et de meilleures conditions de travail, ont marqué le début de ce printemps social 2018, qui devrait se poursuivre avec la grève des cheminots. Danièle Obono, députée de Paris France Insoumise, était l'invitée de la matinale LCI ce vendredi 16 mars afin de réagir à ces différentes mobilisations.


Et quand il s'agit de tacler le gouvernement en place, l'élue ne mâche pas ses mots. "Ce n'est pas la première fois que le gouvernement, l'exécutif a des propos aussi méprisants, ça été les chômeurs, ça été les 'gens qui ne sont rien'. C'est une vision, de notre point de vue complètement hallucinante" explique-t-elle. "Les personnes qui ont une retraite aujourd'hui l'ont gagnée, ont travaillé pour avoir cette retraite-là. Et puis ils ont été au service (...) de ce qui fait aujourd'hui la richesse de ce pays. Si nous sommes une des premières richesses au monde, c'est d'abord parce que des gens ont produit cette richesse, et ce n'est pas la minorité à laquelle le gouvernement fait des cadeaux. (...) Donc c'est extrêmement méprisant (...) Je pense que les retraités sont les premiers à se rendre compte que les promesses du gouvernement Macron, ce sont d'abord des promesses qu'il tient pour les riches."

Une "opération d'enfumage pour stigmatiser les cheminots"

Cheminots, retraités, même combat. À propos de la prochaine grève de 36 jours, d'ores et déjà annoncée par les syndicats ferroviaires, Danièle Obono estime là aussi qu'il existe une "opération d'enfumage" de la part de l'exécutif à leur endroit. "L'opinion, elle se travaille. Le gouvernement l'a travaillée dans un sens extrêmement négatif pour les cheminots, on a entendu tout et n'importe quoi" explique la députée. "On remarque quand-même que les annonces faites au conseil des ministres n'abordent pas la question des soi-disant privilèges de cheminots. On voit bien qu'il y a eu toute une opération d'enfumage pour stigmatiser les cheminots."


Jeudi 15 mars, l'intersyndicale des cheminots a annoncé un mouvement de grève au rythme de "deux jours sur cinq", d'avril à juin, pour protester contre la réforme de la SNCF et notamment la modification du statuts des cheminots.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Réforme de la SNCF : bras de fer entre le gouvernement et les syndicats

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter