VIDÉO - "Dans le bois de Boulogne ?" Quand Jean-Marie Le Pen dérape sur la retraite politique de sa petite-fille Marion

VIDÉO - "Dans le bois de Boulogne ?" Quand Jean-Marie Le Pen dérape sur la retraite politique de sa petite-fille Marion
Politique

OFFENSE - Invité de l'émission "Zemmour et Naulleau", le fondateur du Front national s'est permis une sortie dont il a le secret à l'égard de Marion Maréchal Le Pen, qui s'est retirée de la vie politique.

L'extrait est passé inaperçu, mais pourrait bien faire quelques remous, quelques jours après. Invité mercredi 21 juin de l'émission de Paris Première "Zemmour et Naulleau", un jour après avoir été refoulé à l'entrée du siège du Front national, Jean-Marie Le Pen s'est livré à un de ses exercices favoris : tacler son propre camp. S'il n'a pas épargné sa fille Marine Le Pen ("Elle a subi deux échecs cuisants compte tenu de ce qu'on attendait d'elle"), dont il a récemment appelé à la démission, c'est sa petite-fille qui a écopé de la critique la plus violente.

Invité à faire le bilan devant l'état du Front national, le "Menhir" n'a pas ménagé ses critiques. Puis il vient à parler de sa petite-fille, sans jamais la nommer, d'abord en évoquant l'exemple de cadres du Front national : "L'un d'entre eux a menacé de partir (il s'agit de Florian Philippot, qui a promis de mettre sa menace à exécution si le FN abandonne la question de la sortie de l'euro, ndlr), l'autre, qui était la plus populaire, s'est retirée, sans qu'on sache pourquoi."

Lire aussi

Un haut lieu de la prostitution près de Paris

La deuxième partie de la phrase vise bien évidemment Marion Maréchal Le Pen, ancienne députée de la 3e circoncription du Vaucluse, qui a refusé de se présenter à sa propre succession, invoquant notamment des raisons familiales et une volonté de prendre du recul à l'époque. Pas de quoi attendrir le patriarche, qui, lui, voit surtout la perte de son "siège, n'est-ce pas, de Carpentras, qui était Front national, qui est passé à un autre parti." Et lorsque la journaliste Anaïs Bouton lui soumet l'hypothèse que la manoeuvre de la jeune femme est faite "pour mieux revenir" plus tard sur la scène politique, qu'"elle se met en réserve de la République", Jean-Marie Le Pen réplique : "Où ça, dans le bois de Boulogne ?"... sans la moindre réaction des personnes présentes sur le plateau.

La sortie pourrait être celle d'un homme politique déçu que cette membre de sa famille, qui porte la même ligne identitaire-libérale que lui, ne retourne pas au combat politique, si le bois de Boulogne, comme chacun sait, n'était pas à un lieu bien connu des amateurs... de prostitution.

Ce n'est pas la première fois que la patriarche a eu la dent dure à l'égard de sa petite-fille sans jamais être à ce point dans l'offense. Ainsi avait-il dit du "retrait" de sa petite-fille, après la défaite à la présidentielle de sa fille Marine, que c'était "une désertion".

C'est d'ailleurs ce qu'il ressort des commentaires qui suivent de la part de l'ex-président du Front national : "Le meilleur endroit pour se lancer vers le pouvoir, si tant est que c'est l'objectif de toute action politique, c'est quand même l'élection. Elle avait été élue dans des conditions exceptionnelles, elle s'était révélée d'ailleurs un parlementaire exceptionnellement doué." Une caresse après une gifle.

En vidéo

Jean-Marie Le Pen :" Marine Le Pen doit démissioner"

Suivez l'actualité politique sur notre page spéciale

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent