VIDÉO - Débat sur le cannabis : un député rappelé à l'ordre après avoir brandi un joint à l'Assemblée

VIDÉO - Débat sur le cannabis : un député rappelé à l'ordre après avoir brandi un joint à l'Assemblée

DÉPÉNALISATION - Le député François-Michel Lambert (Libertés et Territoires) a suscité la colère du président de l'Assemblée nationale, le 4 mai, en brandissant un objet en forme de joint alors qu'il interpellait Gérald Darmanin au sujet de la dépénalisation du cannabis. Le ministre de l'Intérieur l'a accusé de "démagogie".

Les esprits s'échauffent à nouveau autour du cannabis à l'Assemblée nationale. Le député François-Michel Lambert (Libertés et Territoires), partisan d'une légalisation contrôlée de cette substance psychoactive, a créé un petit événement dans l'enceinte du Palais Bourbon, en brandissant un verre décoré d'une feuille de cannabis, puis un objet ressemblant fortement à un joint, mardi 4 mai lors des questions au gouvernement. 

Le député entendait interroger le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, sur ce sujet, rappelant qu'Emmanuel Macron a proposé récemment un "débat national" sur la consommation de drogue en France. Il souhaitait également apporter son soutien à la mission d'information parlementaire conduite par les députés LaREM Jean-Baptiste Moreau et Caroline Janvier, qui doit présenter mercredi un rapport en faveur d'une légalisation contrôlée. 

"Le simple fait de sortir un joint..."

"Je pourrais être inquiété pour le simple fait de montrer ce gobelet, de sortir un joint", a expliqué François-Michel Lambert, sortant ces ustensiles de sa poche. Un geste qui a fortement irrité le président de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand. "Vous arrêtez, Monsieur Lambert", lui a lancé ce dernier. "Il est interdit de sortir ce type de... d'objet. Je vous rappelle au règlement et cela sera inscrit au procès verbal."

Le député avait expliqué auparavant que "notre pays compte 5 millions de consommateurs de cannabis, dont un million de consommateurs quotidiens", et que "la seule réponse est une politique de prohibition". "Cette consommation a des conséquences importantes sur la santé publique. Le tout répressif est un échec total. D'autres pays ont fait le choix de politiques de légalisation, comme les États-Unis ou le Luxembourg. Ils ont fait le choix d'affronter le problème plutôt que celui de la politique de l'autruche."

"Sortez de la naïveté, combattez la drogue"

L'argumentaire, et surtout la démonstration du député n'ont manifestement pas convaincu le ministre de l'Intérieur, très hostile à toute dépénalisation des drogues. "La différence entre vous et moi", lui a répondu Gérald Darmanin, "c'est que je ne peux pas montrer toutes les dépressions... Tous ces pères et mères de famille qui se battent pour expliquer à leurs enfants que c'est de la merde qu'ils prennent dans leurs veines, qu'ils fument. Je ne peux pas montrer ici toutes les personnes qui luttent contre des cancers..."

Lire aussi

"Il y a un peu de permissivité et de démagogie dans vos propos", a ajouté le ministre. "Pensez-vous que les trafiquants qui font jusqu'à 50.000, 60.000, 100.000 euros d'argent liquide tous les mois vont aller ouvrir une échoppe et déclarer leur argent aux impôts et à l'Urssaf ? Sortez de la naïveté, combattez la drogue et ne baissez pas les bras", a-t-il lancé. 

"La naïveté, c'est de croire que vous protégez les Français face aux trafiquants, que vous protégez la santé des Français", a rétorqué le député, concluant ainsi la séquence.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Chute (incontrôlée) d’une fusée chinoise ce week-end : où va-t-elle retomber sur Terre ?

REVIVEZ - Jim Bauer, Marghe, Mentissa Aziza et Cyprien qualifiés pour la finale de "The Voice"

Vincent éliminé de "Koh-Lanta" : "En rentrant, je me suis inscrit à une formation pour devenir coach de vie"

Chute d'une fusée chinoise : qu'est-ce que le point Nemo, où s'échouent d'ordinaire les débris spatiaux ?

Jérusalem : plus de 230 blessés dans des heurts entre Palestiniens et police israélienne en deux jours

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.