VIDÉO - Des tensions entre Ruffin et Mélenchon ? "Ce sont des trucs du JDD", balaie Alexis Corbière

DirectLCI
EXPLICATIONS - Invité d'Audrey Crespo-Mara lundi 7 mai, Alexis Corbière a commenté la possible rivalité entre François Ruffin, organisateur de la manifestation baptisée "La Fête à Macron", et le leader de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon. Pour le député LFI de Seine-Saint-Denis, "ce sont des trucs du JDD".

Il n'y a pas de rivalité entre François Ruffin et Jean-Luc Mélenchon. Invité d'Audrey Crespo-Mara, lundi 7 mai, deux jours après que la France insoumise est réunie 40.000 à 160.000 personnes ce samedi à Paris pour faire sa "fête à Macron", le député de Seine-Saint-Denis Alexis Corbière a réagi au papier du Journal du Dimanche évoquant "une guerre froide" entre le député insoumis de la Somme et le leader LFI. Un mal-être symbolisé, pour certains observateurs politiques, par l'absence du réalisateur de "Merci patron" de la photo de famille dans le cortège contre "le coup d'État social" d'Emmanuel Macron samedi dans les rues de la capitale.  


"Ce sont des trucs du JDD. François est un homme formidable, extrêmement inquiet à la veille de la manifestation", a-t-il expliqué. "(Sur l'absence de Ruffin de la photo du groupe insoumis dans son bus) Il était en tête de manifestation. Il avait ce rôle d'organisateur, il a pris la parole tout à fait normalement. On s'est vu à la fin, je suis allé l'embrasser place de la Bastille. Après, je vais être honnête : François, il a son style, Jean-Luc (Mélenchon) a le sien, moi j'ai le mien. [...] On est un groupe riche, avec plein de gens qui ont du talent [...] Quand on dit une rivalité, une rivalité pourquoi ? On ne se dispute pas un poste. Il n'y a rien en vue actuellement."

Corbière "plutôt d'accord" avec Ruffin

En marge de "la Fête à Macron", Jean-Luc Mélenchon a appelé à une "marée populaire" en prévision du rassemblement unitaire du 26 mai. Associations, syndicats et partis sont invités à se rassembler. Une action commune que ne soutient pas tout à fait François Ruffin, le député LFI de la Somme ne souhaitant pas voir de bannières syndicales et politiques. "Sur le côté bannière, je suis plutôt d'accord avec Ruffin. Il ne faut pas que ce soit capté par des organisations. Il faut que ce soit au service d'un mouvement plus large et citoyen. C'est ça la dialectique qui n'est pas facile à trouver", a affirmé Corbière. "C'est clair qu'il faut que les syndicats, qui jouent un rôle utile et indispensable, appellent aussi à cette manifestation", a-t-il ajouté. Bruno Poncet, de Sud Rail, ne l'a d'ailleurs pas exclu, expliquant que le sujet était "en discussion".


"Même si on n'est pas adhérent d'un parti, même si on n'est pas dans un syndicat, il faut qu'on se sente à l'aise" lors du rassemblement du 26 mai. Les partis ont leur rôle, les organisations syndicales aussi. Là-dessus, il n'y a pas de différence. On est tous d'accord", a conclu le député LFI de Seine-Saint-Denis. L'heure est à l'apaisement chez la France insoumise.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

L'invité d'Audrey

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter