VIDÉO - Echec aux législatives partielles : la députée LREM Claire O'Petit s'en prend violemment à François de Rugy

REGLEMENT DE COMPTE - Après l'échec des candidats LREM à deux législatives partielles dimanche face à LR, la députée Claire O'Petit a incriminé sèchement, mardi 6 février, François de Rugy. Pour l'élue de l'Eure, le président de l'Assemblée nationale aurait dégoûté les électeurs en critiquant, le jour même du vote, l'absentéisme des députés.

Réglement de compte sur la place publique dans la majorité LREM. Passablement énervée, la député de l'Eure Claire O'Petit n'a pas mâché ses mots, ce mardi, devant la caméra de LCI, pour donner son interprétation de l'échec des candidats de la majorité présidentielle lors des législatives partielles face à la droite, dimanche 4 février, dans le Val d'Oise et le territoire de Belfort. 


Pour l'élue, il n'y a pas photo : si les candidats LREM ont échoué, c'est à cause... du président de l'Assemblée nationale. En cause : la sortie de François de Rugy, dimanche sur le plateau de BFMTV, sur les députés absentéistes, au moment même où les électeurs se rendaient aux urnes sur fond de forte abstention. Le président de l'Assemblée, lui-même membre de la majorité, a affirmé qu'il y avait encore "un problème d'absentéisme", notamment lors des votes solennels, et que les sanctions financières n'étaient "jamais appliquées". "Je vais demander que cela soit rectifié", a-t-il assuré. 

"Une faute politique intolérable"

Pour Claire O'Petit, une députée LREM déjà connue pour ses déclarations sans filtre, les propos de François de Rugy tenus le jour du vote sont tout simplement "inadmissibles".

"Je suis profondément en colère", a lâché à LCI la député de l'Eure. "Quand vous avez un président de l'Assemblée qui n'arrête pas d'aller dans les médias en disant que les députés ne travaillent pas, qu'il faut leur enlever jusqu'à 4000 euros... C'est une faute politique intolérable. Le fait de dire ça quand nous avons des élections, c'est automatiquement faire appel à l'abstention", a-t-elle jugé. 

J'espère qu'il va se calmerClaire O'Petit

Et d'avertir carrément le président de l'Assemblée nationale, quatrième personnage de l'Etat : "Nous avons cinq autres élections partielles à venir (en fait, six, ndlr)... J'espère qu'il va se calmer. Il est comme nous, il a été élu député. Dans deux ans, nous ferons nous aussi le constat de son travail [...] Il était où, de Rugy, pendant les premiers débats à l'Assemblée nationale ?"


La députée LREM a raconté qu'à cause du patron de l'Assemblée nationale, des électeurs de sa propre circonscription ont refusé de lui serrer la main, convaincus que les députés ne faisaient rien. "Quand je leur ai montré tout mon travail, je vous assure qu'après, les bouteilles de cidre - on est en Normandie -, on en a bu ensemble !" Selon le site Nosdeputes.fr, qui recense l'activité des députés à l'Assemblée nationale, la députée de l'Eure serait plutôt en bas du tableau, tant sur le bilan des semaines d'activité que sur sa présence en commission, ou ses interventions dans l'hémicycle. 


Claire O'Petit se doutait bien que sa petite sortie ne passerait pas inaperçue au Palais Bourbon. "J'assume... Je le sais, j'assume", a répondu la députée. "Moi, je défends mes collègues, tous mes collègues." Richard Ferrand, jugé "extrêmement défaillant", et Aurore Bergé, dont la députée "grande gueule" avait dit qu'elle allait "se la faire", seront ravis de l'apprendre. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Macron

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter