Ecriture inclusive : le ministre de l'Education nationale se dit "très réservé"

DirectLCI
FÉMINISME – Jean-Michel Blanquer a déclaré ce vendredi sur LCI ne pas souhaiter l’usage de l’écriture inclusive à l'école. Selon lui, la langue n’est pas "l’outil" pour faire progresser la cause des femmes.

De plus en plus en vogue, l’écriture inclusive reste un sujet extrêmement clivant. Une chose est sûre, son usage ne risque pas d’être favorisé à l’école avec Jean-Michel Blanquer comme ministre de l’Education nationale. Invité sur LCI ce vendredi, il s’est dit "très réservé" sur le développement de l’écriture inclusive.   


"La cause des femmes est très importance, je suis très engagé là-dedans et je me considère comme un homme féministe. Il y a beaucoup à faire pour la cause des femmes mais il ne faut pas se tromper sur les outils", a-t-il déclaré, avant de s’interroger : "Est-ce que la langue est un outil à notre disposition qu'on peut bouger comme on le veut ?" Selon lui, la réponse à cette question est non "car la langue, c'est une histoire, c'est une charge, c'est nous-mêmes, c'est notre vie".

"Polémiques sur la langue"

Jean-Michel Blanquer reproche par ailleurs à l’écriture inclusive de "morceler" les mots. Or, "je ne suis pas certain, alors que je suis en train de travailler pour que chaque enfant sache lire, écrire, compter et respecter autrui à la sortie de l'école primaire, qu'on facilite l'apprentissage quand on généralise ce type d'usage", a-t-il expliqué. "Y'a vraiment beaucoup à faire pour la cause des femmes et je ne suis pas sûr que cela commence par le fait de créer des polémiques sur la langue", a conclu le ministre.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter