VIDÉO - Edouard Philippe : "116 vies ont été épargnées" sur les routes concernées par le passage aux 80 km/h

Politique
SECURITE ROUTIERE - Selon le bilan 2018 communiqué lundi 28 janvier par le Premier ministre, le passage critiqué aux 80 km/h sur certains axes routiers aurait joué un rôle dans la baisse de la mortalité l'an dernier. Edouard Philippe communiquera le bilan détaillé aux exécutifs locaux afin qu'ils fassent d'éventuelles propositions d'aménagement, tout en prévenant : "Chacun prendra ses responsabilités".

C'est un bilan en guise d'avertissement qu'a adressé lundi 28 janvier Edouard Philippe en matière de sécurité routière. En déplacement à Coubert (Seine-et-Marne), le Premier ministre a répondu à sa manière à ceux qui envisagent, y compris au sein de l'exécutif, des aménagements à la limitation à 80 km/h mise en oeuvre depuis juillet 2018 sur une partie du réseau secondaire. 


Alors qu'Emmanuel Macron s'est lui-même dit ouvert à des aménagements la semaine dernière, le chef du gouvernement a estimé que le bilan historiquement bas de la mortalité sur les routes l'an dernier avait un lien avec cette réforme "impopulaire". 

Recul de la mortalité

Selon les chiffres dévoilés par le Premier ministre, "116 vies ont été épargnées sur le réseau concerné par l'abaissement de la vitesse à 80 km/h". Si d'autres facteurs ont pu jouer dans cette diminution de la mortalité, "les mesures" prises par le gouvernement, "dont les 80 km/h, ont joué leur rôle dans ce bilan", estime-t-il. 


Sur l'ensemble du réseau routier métropolitain, 3259 décès ont été déplorés en 2018, soit 189 morts de moins qu'en 2017, selon le bilan de la sécurité routière. "Les résultats pour l'année 2018 sont sans ambiguïté", a jugé Edouard Philippe. "Ce sont des résultats historiques. Il n'y a jamais eu aussi peu de morts sur les routes françaises". Un chiffre à nuancer toutefois : il ne s'agit là que des chiffres de Métropole, contrairement à ce qu'a affirmé Edouard Philippe. Avec l'Outre-mer, le nombre final de morts sur les routes augmente entre 2017 et 2018 (voir la vidéo ci dessus). 

"Chacun prendra ses responsabilités"

La mesure de limitation sur les routes secondaires (sans séparateur central), fortement contestée par certains élus locaux et dans le cadre du mouvement des Gilets jaunes, sera abordée dans le cadre du Grand débat national. Le Premier ministre a prévenu les élus locaux : "Courant février, je ferai connaître les chiffres département par département. Chaque président de conseil départemental pourra réagir et faire part de ces propositions [...] Après le débat, chacun prendra ses responsabilités".


"Avec les 80 km/h, nous avons pris une décision impopulaire", assume le chef du gouvernement. "Mais elle produit des résultats et nous sommes fiers des vies épargnées." Une position que l'ancien maire du Havre résume ainsi : "Il est légitime de discuter", mais "il serait fou de baisser le niveau d'ambition". "Le Premier ministre va écouter les propositions", a précisé peu après à LCI l'entourage d'Edouard Philippe. "Si celles-ci font courir un risque à la dynamique créée, il sera plus difficile de dire oui."

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Grand débat national

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter