Macron giflé : "La violence n'est jamais la solution", affirme Jean Castex

Macron giflé : "La violence n'est jamais la solution", affirme Jean Castex

RÉACTION - Après la gifle reçue par Emmanuel Macron lors d'un déplacement dans la Drôme, mardi 8 juin, Jean Castex, en visite à Rungis, a voulu dédramatiser cet épisode, affirmant que les violences minoritaires ne devaient pas occulter la majorité silencieuse.

En déplacement à Rungis, le Premier ministre Jean Castex a condamné fermement le comportement de l'individu qui a giflé le président de la République lors d'un bain de foule dans la Drôme. En allant dans le même sens que les propos tenus par Emmanuel Macron mardi soir, Jean Castex a réaffirmé ce mercredi que la violence ne pourrait jamais être la solution.

"Il y a des comportements isolés, tout à fait condamnables, on voit bien qu'il y a une forme de violence. Sans doute aussi les épisodes de la crise sanitaire expliquent un certain nombre de réalités, mais la violence, la haine, l'exclusion, ne seront jamais une solution, ne pourront jamais être acceptés et ne nous détourneront en aucune manière de nos liens directs avec la population Française", a déclaré le Premier ministre. 

Toute l'info sur

Emmanuel Macron giflé lors d'un déplacement dans la Drôme

"J'ai la conviction que ce n'est pas forcément ceux qu'on entend le plus, qui se manifestent de façon la plus spectaculaire ou la plus véhémente qui représente le bon sens de l'immense majorité de nos concitoyens, qu'on n'entend pas", a poursuivi Jean Castex, appelant à ne pas les oublier. "C'est eux qui tiennent le pays et c'est pour eux qu'on travaille."

Lire aussi

Le Premier ministre a également confirmé que cet événement ne changerait rien aux déplacements prévus par le président de la République, ni à ceux de ses soutiens pour la campagne présidentielle. "Nous continuerons plus que jamais à aller à la rencontre des Français et je suis un acteur engagé donc bien entendu, le gouvernement et son chef sont engagés dans la campagne. C'est tout à fait normal. Je ne me suis jamais dérobé dans l'exercice de mes attributions, ce n'est pas aujourd'hui que ça va commencer." 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Affaire Jubillar : le procureur détaille les "incohérences" de la version du mari

VIDÉO - "Ça va la claque que tu t'es prise ?" : Emmanuel Macron interpellé par un écolier

Disparition de Delphine Jubillar : ce nouvel élément révélé par l’amant de l'infirmière

"Je ne mange pas le soir" : elles vivent avec moins de 1000 euros de retraite par mois

AstraZeneca annonce que son traitement anti-Covid est inefficace

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.