Emmanuel Macron "président des riches" ? "Pour que notre société aille mieux, il faut des gens qui réussissent", répond le chef de l'Etat

ENTRETIEN - Dimanche soir sur TF1 et LCI, Emmanuel Macron est revenu sur ce qualificatif de "président des riches" dont l'affublent ses opposants. Le chef de l'Etat a estimé que les plus riches sont des "premiers de cordée" sur lesquels il ne faut pas "lancer des cailloux".

Pour ses opposants, il est le "président des riches". Une expression qui ne plaît pas vraiment à Emmanuel Macron, comme ce dernier l'a laissé entendre dimanche soir lors du "Grand Entretien" sur TF1 et LCI. "Je n'aime pas cette opposition de la société", a lancé le chef de l'Etat à l'attention des trois journalistes qui l'interviewaient. Avant de tacler : "Quand je vous regarde, je ne regarde pas des riches". 


Le chef de l'Etat s'est lancé dans un argumentaire pour justifier les mesures de son gouvernement qui sont favorables aux plus aisés, à commencer par la suppression partielle de l'Impôt sur la fortune (ISF).  "Mon prédécesseur [François Hollande, NDLR] a créé une taxation à 75% pour les plus riches. Est-ce que cela a rapporté beaucoup d'argent ? Non, parce que les gens sont partis, ou ils ont fait des montages complexes pour ne pas payer l'ISF. C'était une grande hypocrisie. On a perdu beaucoup de talents".

"Théorie du ruissellement" VS "Premiers de cordée"

Emmanuel Macron poursuit son argumentaire en faveur de sa politique fiscale. "Pour que notre société aille mieux, il faut des gens qui réussissent. Je veux des hommes et des femmes qui réussissent." "Mais je leur demande d'être les premiers de cordée", a précisé le chef de l'Etat, qui n'aime pas "le cynisme de certains qui réussissent". "Je crois à la cordée. Si on jette un caillou au premier de cordée, tous les autres tombent". 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Macron

Plus d'articles

Sur le même sujet