VIDÉO - Éric Ciotti : "Pas d'alliance avec le Front national, ce parti est une impasse"

Politique
MISE AU POINT - Eric Ciotti, député LR des Alpes-Maritimes était l'invité d'Audrey Crespo-Mara ce mercredi 22 novembre sur LCI. L'occasion pour le secrétaire général adjoint des Républicains de tenter de clarifier les positions de son parti, à 18 jours de l'élection du président, notamment sur un rapprochement avec le Front national.

"Il n'y aura jamais d'alliance avec le Front national". Pour Eric Ciotti, député des Alpes-Maritimes et l'un des tenants de la ligne identitaire dure des Républicains, le message est clair. Le député des Alpes-Maritimes fait référence aux appels du pied de Marine Le Pen à Laurent Wauquiez. La présidente du FN avait appelé le probable futur président des Républicains à "sortir de l'ambigutié" et à proposer "une alliance politique". Laurent Wauquiez avait déjà affirmé, ce lundi, qu'il n'y aurait "jamais d'alliance avec Marine Le Pen".


Pour Eric Ciotti, "le FN est une impasse" et le député LR voit dans cette main tendue "la grosse ficelle de quelqu'un en perdition" et "qui a perdu toute crédibilité". L'élu rappelle que son parti avait appelé à voter contre Marine Le Pen au second tour de la présidentielle, suite à une décision du bureau politique du parti, sans toutefois avoir appelé à voter pour Emmanuel Macron. 


Le député dément catégoriquement tout projet d'alliance électorale en vue des prochaines municipales en 2020, faisant écho à une proposition de Louis Alliot, qui plaidait en juillet dernier pour un rapprochement des élus locaux du FN avec la droite. Il nie également tout "glissement" du discours de son parti vers le FN, notamment sur "le communautarisme islamiste, le terrorisme et les questions migratoires", et revendique le droit de son parti à évoquer les thématiques identitaires car "le FN n'a pas le monopole de ces questions".

A 18 jours de l'élection de leur président, Les Républicains veulent tenter de sortir de ce flou idéologique dans un contexte de sorties polémiques à répétition de leur principal candidat, créant parfois des dissensions au sein-même des cadres du parti.


Le 29 octobre dernier, Laurent Wauquiez avait notamment qualifié la théorie du grand remplacement, popularisée par l'idéologue d'extrême-droite Renaud Camus "de réalité", dans l'émission politique 'Grand Jury" en visant des "quartiers perdus de la République", notamment à Saint-Etienne et Firminy.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

LR : le clash entre Laurent Wauquiez et Virginie Calmels

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter