VIDÉO - François de Rugy accueilli par un homard géant en plastique lors d'un déplacement à Niort

Politique

Toute L'info sur

Affaire Rugy : le ministre de l'Écologie poussé à la démission

CLIN D'OEIL - Quelques dizaines de manifestants ont accueilli le numéro 2 du gouvernement avec un homard en plastique géant, jeudi 11 juillet, lors de son déplacement dans les Deux-Sèvres.

Les manifestants sont taquins. En 2017, empêtré dans le scandale des emplois présumés fictifs occupés par son épouse Pénélope, François Fillon était accueilli avant ses meetings par des casseroles. Deux ans plus tard, le goût pour la provocation de certains comités d'accueil n'a pas varié. Le symbole, oui. C'est ainsi que, lors de son déplacement à Niort, dans les Deux-Sèvres, où il se penchait sur les questions de ressources en eau, François de Rugy a été accueilli... par un homard géant en plastique.

Lire aussi

"Il n'y a pas de vin millésimé, là..."

Un clin d’œil des quelques militants venus lui "souhaiter la bienvenue" devant la préfecture niortaise à l'actualité difficile du ministre, épinglé notamment pour des dîners aux menus fastueux, dont l'un où avaient été servis... des homards, mets de luxe bien connu. Plus tard dans la journée, alors qu'il se tenait à un buffet dressé pour l'occasion, un journaliste, taquin, lui fera remarquer : "Pas de mauvais esprit mais il n'y pas de vin millésimé, là". Réponse contenue de François de Rugy : "Nan. Je préfère l'eau, moi." Et de reprendre un de ses éléments de défense : "Contrairement à ce qu'essaient de faire croire certains, je ne suis ni un connaisseur, ni un amateur de bons vins."

Les dîners fastueux, révélés le 10 juillet, ne sont toutefois pas les seuls faits qui valent ses mises en cause au numéro 2 du gouvernement. Outre ces dîners au caractère professionnel peu affirmé, bien qu'il s'en défende, le site d'informations Mediapart a révélé, jeudi 11 juillet, des travaux d'aménagement intérieurs au ministère de la Transition écologique d'un montant supérieur à 60.000 euros, financés sur les deniers publics. Enfin, plus récemment, dans la soirée du 11 juillet, le site révélait les conditions dans lesquelles il avait loué un logement à vocation sociale dans la commune d'Orvault, en Loire-Atlantique.

Lire aussi

Un déplacement écourté pour un rendez-vous à Matignon

A Niort, l'ex-député EELV a répondu aux questions des journalistes, expliquant "comprendre que les Français puissent être un peu choqués par certaines images." Mais il s'est défendu d'avoir voulu cacher quoi que ce soit et s'est dit prêt, si l'inspection de ses dépenses devait démontrer des "erreurs d'appréciation de [sa] part", "à les corriger". Quant à la question de son maintien au gouvernement, elle n'avait guère bouger : "Je continuerai mon travail pour l'écologie à la tête de ce ministère de la Transition écologique et solidaire".

La question de sa démission posée par ses détracteurs, et face au peu d'entrain de certains de ses collègues à le défendre, François de Rugy a dû écourter son déplacement à Niort pour y retrouver Edouard Philippe à Matignon. Au bout de cet entretien, décision a été prise de procéder à une "inspection" des dépenses engagées par le ministre. Mais la démission, en revanche, est écartée.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter