VIDÉO - François Ruffin réprimandé pour avoir porté un maillot de foot en défendant le projet de taxe sur les transferts

DirectLCI
JEU DE JAMBE - Plusieurs députés de la France insoumise et de l'UDI ont défendu un projet de taxe sur les transferts des grands clubs de football professionnels en jonglant devant l'Assemblée. Cette taxe et censée aider à financer le football amateur.

Pour défendre un projet de loi, ils n'ont pas hésité à enfiler un maillot, malgré les températures hivernales. Michel Zumkeller, député de l'UDI, a déposé une proposition de loi début octobre pour taxer à hauteur de 5% les transferts entre clubs professionnels pour redistribuer cette somme aux clubs amateurs. 


Dans son combat, le député de l'UDI a entraîné dans son sillage plusieurs députés de la France insoumise, dont François Ruffin et Caroline Fiat. Après avoir une première fois organisé une séance de jongles devant les caméras dans la cour du Palais Bourbon, les députés se sont cette fois donné rendez-vous sur le parvis devant l'Assemblée. 


Ils ont détaillé le budget de la mission sport pour l'année en cours, qui s'étale sur un volet promotion du sport pour le plus grand nombre avec 89 millions d'euros et un volet développement du sport de haut niveau doté de 209 millions d'euros. La taxe s'appliquerait au club acheteur à partir d'un certain montant de transfert.


Les deux députés se sont donc mis en scène et ont enchaîné quelques jongles, avec plus ou moins de succès.

François Ruffin a comparé ce projet de taxe avec la taxe Buffet sur la cession de droits télévisés. La proposition, rejetée mercredi 29 novembre en commission, devait être présentée devant l'hémicycle jeudi.

Jeudi 7 décembre, François Ruffin s'est présenté à la tribune portant à nouveau un maillot de football de l'Olympique Eautcourtois, ce qui n'a pas manqué de faire rire les quelques députés présents dans l'hémicycle. Mais pas le vice-président de l'Assemblée Hugues Renson, lequel lui a reproché des "extravagances vestimentaires qui ne rendent pas hommage au travail qui est effectué dans cet hémicycle". A noter que le bureau de l'Assemblée a rappelé, à l'été 2017, alors que l'absence de cravate chez certains députés avaient déjà fait poser la question, qu'aucun code ne régissait la façon dont s'habillaient les députés.

Plus d'articles

Sur le même sujet