VIDÉO - Gérald Dahan, Francis Lalanne, Marie Sara, Dieudonné... : ces candidats "people" que l'on n'attendait pas aux législatives

Politique
DirectLCI
TÊTES D'AFFICHE - La société civile est plus présente que jamais dans ces élections législatives. De nombreuses personnalités issues de la culture, du sport, des sciences mais aussi de la cuisine et de la police ont ainsi décidé de franchir le pas et de se porter candidats.

Le besoin de renouvellement politique des Français a poussé de nombreux membres de la société civile à se jeter dans le grand bain électoral à l'occasion des législatives de juin. Parmi eux, des personnalités issues de la culture, du sport, des sciences... Des candidatures parfois surprenantes. 

Dieudonné, Nolan "le gifleur" et Lalanne face à... Valls

L'ancien Premier ministre a obtenu de n'avoir aucun représentant PS et REM face à lui dans la 1ère circonscription de l'Essonne, mais il rencontrera tout de même sur sa route des candidats prêts à en découdre, et pas des moindres. 


Dieudonné M'bala M'bala veut sa revanche, un combat plus personnel que politique. Manuel Valls avait en effet interdit plusieurs représentations de l'humoriste antisémite, mettant en avant de possibles troubles à l'ordre public. Ce samedi 20 mai, lors d'une conférence de presse, Dieudonné a ainsi décrit son adversaire principal comme "son bourreau", dénoncant un acharnement. Et son colisiter n'est autre que Nolan Lapie, le jeune homme de 18 ans qui avait giflé en janvier dernier Manuel Valls, alors candidat à la primaire de la gauche, lors d'une visite en Bretagne. Tous deux ont connu des ennuis judiciaires : l'humoriste été condamné en appel à deux mois de prison avec sursis pour "apologie du terrorisme", après avoir publié le 11 janvier 2015 sur Facebook "Je me sens Charlie Coulibaly"; Nolan Lapie a quant à lui été condamné à trois mois de prison avec sursis. Leur mesure phare est d'ailleurs de défendre une loi visant à équiper les tribunaux de caméras "pour que les citoyens aient accès aux débats".


Avant de se lancer dans les législatives, le jeune homme, déjà soutenu par Dieudonné, avait tenté de se présenter à la présidentielle mais n'avait pas obtenu les 500 signatures requises.

Et ils ne sont pas les seuls candidats atypiques à affronter Manuel Valls. Francis Lalanne s'engage avec l'étiquette "100% la force écocitoyenne" en tant que suppléant de Jacques Borie. Le chanteur avait déjà tenté de se présenter aux législatives en 2007, cette fois dans le Bas-Rhin.


Au total, pas moins de 21 candidats se présentent face à l'ancien Premier ministre.

François Ruffin et Franck de Lapersonne à l'attaque de la Somme

La première circonscirption de la Somme verra s'affronter le journaliste François Ruffin et l'acteur Franck de Lapersonne. 


Le réalisateur du documentaire Merci Patron, courronné d'un César, défendra les couleurs de La France Insoumise, d'EELV et du PCF. Un engagement très à gauche pour cette figure du mouvement Nuit Debout qui souhaite que le peuple réinvestisse l'Assemblée Nationale.


Franck de Lapersonne, jusqu'alors plus connu pour ses rôles de comédien, se place de son côté à l'opposé de l'échiquier politique. Investi par le Front National, il s'était fait remarquer en février dernier après avoir rallié Marine Le Pen dans la course à l'Elysée. A la tribune lors d'un meeting, il avait salué Victor Hugo, qui "n'a pas appris l'arabe à l'école", une réplique applaudie par la salle aux cris de "on est chez nous". 


Tous deux feront face à Pascale Boistard, l'ancienne secrétaire d'État en charge des Personnes âgées et de l'Autonomie.

Gérald Dahan, "l'insoumis"

Cette fois, ce n'est pas un canular. Celui qui nous avait habitué à piéger les personnalités politiques se présente comme candidat de la France insoumise dans la dixième circonscription des Hauts-de-Seine. L'imitateur reconnaît être "un artiste engagé de longue date, à gauche", mais jusqu'à aujourd'hui c'est surtout aux socialistes qu'il apportait son appui : il a notamment soutenu les candidatures d'Anne Hidalgo à la mairie de Paris et de François Hollande en 2012.

Cédric Villani, l'équation entre le politique et le citoyen

Cédric Villani est connu pour ses prouesses en mathématiques, moins en politique. Ce mathématicien de 43 ans a obtenu la médaille Fields en 2010, l'équivalent du prix Nobel. Aujourd'hui il souhaite s'investir au nom de l'intérêt général, un acte citoyen selon lui. Il se lance dans la cinquième circonscription de l'Essonne.

En vidéo

Cédric Villani, le baptême du feu

Sarah Soilihi, Marie Sara et Aude Amadou, du sport de haut niveau à la politique

Du kickboxing au handball en passant par la corrida, ces trois femmes se sont démarquées par leur capacités sportives. Habituées à gagner, elles devront se battre pour remporter une victoire, politique cette fois. 


L'ancienne torera Marie Sara, ex-épouse du tennisman Henri Leconte, se présente dans le deuxième circonscription du Gard face à Gilbert Collard. Le combat s'annonce difficile pour celle qui s'engage sous la bannière de la République en Marche. Emmanuel Macron n'est arrivé qu'à la quatrième place au premier tour de la présidentielle dans cette région du sud de la France. De quoi rassurer son adversaire frontiste : "Je n'ai pas peur des taureaux ni des toreros", a-t-il assuré.


C'est aussi Emmanuel Macron qui a convaincu la handballeuse Aude Amadou de se lancer en politique. À 37 ans, l'ancienne sportive de haut-niveau, passée par Nice et Toulon (D1/D2), se présente dans  la 4e circonscription de Loire-Atlantique. "J’ai vraiment vu un renouveau, justement dans le fait que le citoyen pouvait passer du rôle de spectateur à celui d’acteur", affirme celle qui évoluait au poste ... de demi-centre.

Sarah Soilihi, championne de kick-boxing en 2015, ressort les gants pour monter sur le ring de la politique. La jeune femme issue des quartiers Nord de Marseille n'en est pas à son coup d'essai. En 2012, alors militante au sein du PS, elle s'engageait auprès de Marie-Noëlle Lienemann. Mais Sarah Soilihi déchante rapidement : "Pendant quatre ans, je n'ai fait que manifester contre la loi Macron, contre la loi El Khomri... J'attendais de voir si les camarades frondeurs à l'Assemblée allaient faire quelque chose, mais j'ai compris qu'il n'y avait que des intérêts personnels", regrette-t-elle. "Ils n'ont même pas fait de motion de défiance". Fin 2016, elle se tourne donc vers le parti de Jean-Luc Mélenchon. Investie dans la troisième circonscription  des Bouches-du-Rhône, elle y défendra en juin les couleurs de la France Insoumise.

La chef cuisinière Babette de Rozières mijote son plan de bataille dans le Nord de Paris

Cela fait déjà quelques années que la chef cuisinière et ancienne chroniqueuse a délaissé les plateaux de télévision pour se consacrer à la politique. Conseillère régionale depuis 2015 aux côtés de Valérie Pécresse, Babette de Rozière a obtenu l'investiture des Républicains pour se présenter dans la dix-septième circonscription de Paris, une zone acquise jusqu'à aujourd'hui aux socialistes. 

L'ancien patron du RAID Jean-Michel Fauvergue est "en Marche"

L'ancien policier d'élite est notamment connu pour avoir mené les opérations d'assaut anti-terroriste pendant la prise d'otages de l'Hyper Cacher à Paris, le 9 janvier 2015, ainsi que l'attaque contre les terroristes retranchés dans un immeuble à Saint-Denis, le 18 novembre 2015. Après avoir aidé à l'écriture du programme sécuritaire d'Emmanuel Macron, il a été investi dans la huitième circonscription de Seine-et-Marne par la République en Marche. Le "Monsieur sécurité" de la campagne vient donc de la société civile. "Je suis à l'image de la population française qui en a marre de la droite et de la gauche", assurait-il, le mois dernier, dans une interview accordée à Challenges.

Juan Branco, "l'avocat de Wikileaks", est candidat de la France Insoumise

A seulement 27 ans, Juan Branco peut déjà se targuer d'un joli parcours. Après avoir été l'avocat de Wikileaks et le conseiller juridique de Julian Assange, il se lance en politique dans la douzième circonscription de  Seine-Saint-Denis. Dans une interview au Parisien, celui qui se dit "traumatisé de la politique" et "dégouté des affaires" qui ont entâché la campagne présidentielle a évoqué un "défi magnifique".

L'ancien juge d'instruction Eric Halphen poursuit sa lutte contre la corruption

Le juge anti-corruption Eric Halphen était arrivé sur la scène médiatique après avoir revélé l'affaire des emplois fictifs dans le dossier des HLM de la Mairie de Paris, au milieu des années 90. Il est aussi le cofondateur de l'association Anticor, dont le but est de réhabiliter la démocratie représentative et de promouvoir l'éthique en politique. C'est d'ailleurs Anticor qui avait demandé en mars à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATPV) de vérifier la déclaration de patrimoine .... d'Emmanuel Macron. L'ancien proche de Jean-Pierre Chevènement, qui n'est plus membre de l'association, avait déjà rejoint le mouvement "En Marche" un mois plus tôt . Il a été investi dans la deuxième circonscription du Calvados.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter