"Quelle c...." : quand Gérard Collomb insulte une maire en pleine visio-conférence

"Quelle c...." : quand Gérard Collomb insulte une maire en pleine visio-conférence
Politique

DÉRAPAGE - Le maire de Lyon, Gérard Collomb, a découvert les joies de la visio-conférence en insultant Myriam Picot, maire du 7e arrondissement de la ville, en plein conseil municipal virtuel.

Le télétravail a ses pièges. Parmi eux, le risque d'oublier de désactiver son micro en pleine visio-conférence lorsqu'on insulte un autre participant peut vite électriser l'ambiance au bureau. Le maire de Lyon, Gérard Collomb, en a fait l'expérience ce jeudi. Alors que le conseil municipal se tenait virtuellement, l'édile a traité la maire du 7e arrondissement de sa ville de "conne". Entre autres. 

Un maire sur les nerfs

Le dérapage ayant fuité, son équipe de communication a rejeté la faute sur les multiples problèmes techniques de connexion survenus durant la visio-conférence, qui auraient irrité les nerfs de M. Collomb. Déjà fortement remonté par les conditions d'organisation difficiles de cette assemblée, le maire aurait donc finalement lâché ses nerfs sur Myriam Picot, en charge du 7e arrondissement de la ville. Un "quelle conne !" à l'accent chantant se fait entendre pendant l'intervention de cette dernière. Puis quelques minutes plus tard : "Mais non ! Mais... elle n'écoute même pas ! C'est vraiment une..." lui échappe.

Contactés par France 3, ses proches concèdent un bref "mouvement de colère après une attitude provocatrice de Myriam Picot". Elle avait pris la parole pour critiquer la fermeture des marchés, alors que "cette décision avait déjà été abordée avant", dans un contexte de crise sanitaire "où toutes les décisions sont difficiles", justifient-ils.

Des propos intolérables

Personne ne réagit sur le moment, mais pour plusieurs élus politiques, les propos du maire de Lyon ne passent pas. Le député LaREM du Rhône, Thomas Rudigoz, a notamment twitté l'enregistrement de la conférence dématérialisée en qualifiant "les propos insultants" à l'encontre de Myriam Picot d'"intolérable" de la part du maire du Lyon.

Catherine Panassier, membre du groupe politique de Myriam Picot, a estimé "inadmissibles et indignes de la fonction de maire" le comportement de Gérard Collomb. Plusieurs autres élus ont apporté son soutien à la maire, bien que la principale concernée ne se soit pas exprimée publiquement sur le sujet. 

Le maire de Lyon a finalement transmis ses excuses, par un communiqué de presse ce vendredi 8 mai. "Suite au Conseil municipal d’hier, je m’excuse bien évidemment auprès de Myriam Picot - que j’ai tenu à joindre par téléphone - pour cet aparté qui était inadapté et qui ne correspond pas à ce que je pense de cette élue, à qui j’ai demandé au début du mandat d’être Maire du 7e arrondissement et à qui j’ai confié à la Métropole la délégation à la culture", assure-t-il. 

Son élan de colère se justifie selon lui par "ses reproches sur ma décision de ne pas rouvrir les marchés le 8 avril (...)  alors que nous étions au pic de la pandémie et que nos hôpitaux étaient surchargés". Une intervention qui lui a "tellement semblé décalée par rapport à l’urgence de la situation que ce mot m’a échappé".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent