Gestion de la crise sanitaire : Agnès Buzyn mise en examen

Gestion de la crise sanitaire : Agnès Buzyn mise en examen

Agnès Buzyn a-t-elle mis la vie d’autrui en danger quand elle était ministre de la Santé ? S’est-elle volontairement abstenue de combattre l’épidémie de coronavirus ? Les juges de la Cour de la République ont décidé de la mettre en examen ce vendredi soir.

“Comment s’est passée votre audition madame Buzyn, s’il vous plaît ?” Agnès Buzyn ne répondra pas aux questions. Mise en examen, elle quitte la Cour de la justice de la République sans dire un mot. Ce vendredi matin, elle s’affichait plus souriante et confiante. “C’est une excellente opportunité pour moi de m’expliquer et de rétablir la vérité des faits. Et je ne laisserai pas salir l’action du gouvernement, mon action en tant que ministre”.

Toute l'info sur

Le WE

Les trois juges de la Cour de la République, la CJR, l’ont interrogé pendant presque dix heures. Ils ont décidé de mettre l’ancienne ministre de la Santé en examen pour mise en danger de la vie d’autrui. Elle risque un an d’emprisonnement et 15 000 euros d’amende. C’est la première fois qu’un ministre de la cinquième République est visé par ce chef d’accusation. Cet avocat représente des victimes du Covid qui ont porté plainte contre l’État.

Pour arriver à cette décision de mise en examen, les juges se sont basés sur les déclarations publiques d’Agnès Buzyn. Après avoir quitté ses fonctions en février 2020, elle déclarait notamment : “Quand j’ai quitté le ministère, je pleurais parce que je savais que la vague du tsunami était devant nous". Des propos qui ne cadrent pas avec les choix et discours du gouvernement à la même époque.

Le manque de protection pour les soignants, la pénurie de masque et des ministres qui assurent qu’ils ne sont pas utiles. Les juges se sont aussi basés sur le résultat de plusieurs perquisitions en octobre dernier, au ministère de la Santé, au domicile d’Agnès Buzyn ainsi qu’à celui d’Édouard Philippe et d’Olivier Véran. Tous les trois sont visés par l’instruction de la CJR. Comme Agnès Buzyn, l’actuel ministre de la Santé et l’ancien Premier ministre pourraient, eux aussi, être convoqués très prochainement devant les juges.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Crise des sous-marins : Paris annule une réunion entre les ministres de la Défense français et anglais

Afghanistan : le groupe État islamique revendique deux attaques à la bombe contre les talibans

Emmanuel Macron a-t-il "dépensé entre 5 et 7 milliards d'euros en quinze jours" ?

Avant les sous-marins australiens, le cas des F-35 américains préférés aux Rafale par la Suisse

"Cet épisode va laisser des traces" : après la crise des sous-marins, la France peut-elle quitter l'Otan ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.