Gilets jaunes : l’exécutif a été "trop intelligent, trop subtil", selon le député LREM Gilles Le Gendre

Politique

Toute L'info sur

La colère des Gilets jaunes

RÉACTION - Invité de Public Sénat ce lundi matin, le président du groupe LREM de l'Assemblée nationale Gilles Le Gendre est allé dans le sens du Premier ministre Edouard Philippe qui a admis des "erreurs" commises dans la gestion de la crise des Gilets jaunes. Pour le député de Paris, l’exécutif a été "trop intelligent, trop subtil, trop technique dans les mesures de pouvoir d’achat".

Cela ne devrait pas arranger les rapports entre le gouvernement Macron et le mouvement des Gilets jaunes. Invité ce lundi matin sur Public Sénat, le député de Paris et président du groupe LREM à l'Assemblée nationale, Gilles Le Gendre, a réagi aux propos du Premier ministre Edouard Philippe, admettant des "erreurs" dans la gestion de la crise des Gilets jaunes.

Lire aussi

"Qui gouverne et qui ne commet pas d'erreurs, je ne connais pas. Surtout quand on gouverne pour reprendre un pays qui était en très mauvaise posture et après avoir ouvert un nombre de chantiers incalculable. Souvent, on nous reproche d'avoir trop fait, trop vite. Je n'accepte pas ce reproche" a ainsi déclaré Le Gendre.

"En revanche, deux erreurs. Je pense que nous avons insuffisamment expliqué ce que nous faisons. Nous nous donnons beaucoup de mal, il faut le faire mieux. Il faut le faire en étant plus proche de ce que les Français attendent. Et une deuxième erreur a été faite, dont nous portons tous la responsabilité, moi y compris, je ne me pose pas en censeur. C'est le fait d’avoir probablement été trop intelligent, trop subtil, trop technique dans les mesures de pouvoir d’achat", a ajouté le patron du groupe LREM à l'Assemblée.

Les réactions pleuvent sur Twitter

Sur Twitter, Gilles Le Gendre a tenu à développer sa pensée : "Nous répondons à l’état d’urgence économique et social par des mesures de pouvoir d’achat plus fortes, rapides, et lisibles. L’intelligence technique avait créé de la complexité. Nous l’avons corrigée."

Sur le réseau social, plusieurs personnalités politiques ont réagi à ces propos, à l'instar de la députée LR des Bouches-du-Rhône Valérie Boyer : "'Trop d’intelligence et de subtilité .. ' C’est sûr quand on s’adresse à des alcooliques, illettrés, fainéants, bref ceux qui ne sont rien c’est à dire les Français ça ne peut pas 'marcher'." Idem pour le député PS de la 3ème circonscription des Landes Boris Vallaud : "Trop intelligent et trop subtil... trop modeste aussi."

Lire et commenter