VIDÉO - Renouvellement du glyphosate : Hulot est "triste, lui est "heureux", mais le ministre de l'Agriculture nie tout "cafouillage"

DÉCALÉ - Au lendemain de ses propos totalement à contre-courant de ses propres collègues et du Président sur le glyphosate, le ministre de l'Agriculture, invité de LCI, a affirmé "vouloir aller dans le même sens que le gouvernement".

Au cœur d’une mini-polémique après s’être félicité de la réautoristation par la Commission européenne de la licence du glyphosate pour cinq années supplémentaires, le ministre de l’Agriculture, Stéphane Travert, est venu s’expliquer sur le plateau de la matinale de LCI. Peu de temps après l’annonce hier après-midi, le ministre s'est déclaré "heureux" qu'un accord européen ait été conclu. Une déclaration à contre-courant de son collègue Nicolas Hulot affirmant être "un peu triste" ou de celle du président qui a appelé son gouvernement à trouver une alternative au glyphosate dans les trois ans.

"Pas de cafouillages"

Comme souvent, depuis quelques semaines, en désaccord avec Nicolas Hulot, Stéphane Travert affirme que la joie qu’il a exprimée hier "n’était qu’une réaction factuelle". "Il y a encore quelques semaines nous nous demandions si nous n'allions pas ré-autoriser le glyphosate pour 10 ans. Et la France s'est exprimée vivement contre ce renouvellement de l'autorisation pour 10 ans", explique le ministre. "Ce n’est pas un cafouillage. J’ai seulement pris acte du vote", affirme Stéphane Travert. 


Visiblement le ministre ne s’attendait pas à la déclaration du président, car il raconte "n’avoir eu aucune communication avec le président mais avec le Premier ministre". Au vue des désaccords évidents qui existent entre Stéphane Travert et Nicolas Hulot, le président a-t-il volontairement gardé le ministre de l’Agriculture dans le flou ? La question se pose.  "Si je n'étais pas soutenu (par le président et le gouvernement, NDLR) je ne serai pas là ce matin devant vous", a ajouté M. Travert.

"Aller dans le même sens"

Alors même s’il s’oppose depuis des semaines à Nicolas Hulot, le ministre affirme vouloir travailler avec l’ensemble du gouvernement. Stéphane Travert souhaite, dit-il, aller dans le même sens que la proposition du président. "La France veut aller encore plus vite et je souhaite que nous nous mobilisions pour trouver des alternatives au glyphosate dans les trois ans", affirme-t-il. Il a répété qu’il "n’y avait pas de cafouillages" et que "l’objectif du gouvernement est d’aller dans le même sens".


En plus de la déclaration totalement contradictoire du président, un tweet de Benjamin Griveaux, nouveau porte-parole du gouvernement, a laissé penser hier soir que le ministre de l’Agriculture était mis sur la touche sur le dossier du glyphosate.

Dans ce tweet, le porte-parole cite Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire, Brune Poirson, secrétaire d’État auprès de Hulot et Sébastien Lecornu, secrétaire d’État auprès de Hulot mais pas le ministre de l’Agriculture pour travailler sur le dossier du glyphosate. Interrogé sur le sujet, Stéphane Travert a affirmé : "Vous savez, ce n’est vraiment pas mon problème de ne pas être cité dans un tweet aujourd’hui". 


Malgré ses démentis, le ministre ne semble plus du tout être en position de force sur le sujet du glyphosate. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Le scandale du glyphosate

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter