VIDÉO - Gollnisch à Morano : "Tiens bon, Nadine"

Politique
#SOUTINE – L'eurodéputée de "Les Républicains" a reçu jeudi 8 octobre le soutien de son collègue du Front national. Le tout alors qu'elle était entourée de caméras et de micros au sein du Parlement européen.

Nadine Morano avance dans les couloirs du Parlement européen, jeudi 8 octobre, bien décidée à ne pas en lâcher une aux journalistes qui l'entourent pour lui soutirer une réaction. Le moment est bien délicat pour l'élue de Lorraine, qui vient de se faire retirer la tête de liste en Meurthe-et-Moselle, pour le compte de la région Grand-Est, dans le cadre des prochaines élections régionales.

Gollnisch, le FN à l'ancienne

Soudain, au milieu de la forêt de micros, elle peut entendre Bruno Gollnisch lui glisser ces quelques mots de soutien : "Tiens bon, Nadine !" Quand on s'est fait lâcher par son patron, ça fait toujours plaisir . Mais ce soutien peut faire froncer les sourcils si on se rappelle la position du Front national après la sortie de la native de Toul sur "la France, pays de race blanche". Florian Philippot, vice-président du parti d'extrême droite, lui en avait ainsi fermé les portes (au nom de son "insincérité" et de son "immigrationisme").

EN SAVOIR + >> VIDEO - Morano affirme que la France est un pays "de race blanche"

Sauf que. Bruno Gollnisch et la ligne officielle du Front national font parfois deux. L'eurodéputé, ancien rival de Marine Le Pen pour la présidence du parti, en 2011, est un partisan d'une ligne ouvertement plus dure que celle proposée par les dirigeants actuels du FN. Habitué des propos "borderline" sur la Shoah , il n'est, de fait, pas un grand fan de la stratégie de "dédiabolisation" du parti.

Avant, le soutien de Jean-Marie Le Pen

Ce n'est pas par hasard si, pendant la crise qui a opposé Marine Le Pen à son père Jean-Marie ces derniers mois, il fut un des rares à ne pas désavouer le Menhir, refusant ainsi de voter son exclusion. FranceTV Info rappelle ainsi combien il avait trouvé le conflit "humainement parlant, désolant". Un soutien pas si anodin pour Nadine Morano, qui a également reçu celui de Jean-Marie Le Pen quelques jours à peine après le début de la polémique.

Hasard ou coïncidence, l'eurodéputée Les Républicains croisait sur son chemin, quelques secondes plus tard, Marine Le Pen. Celle-là même qui, au micro d'Europe 1 , avait admis que les propos de la discorde "pouvaient être entendus de manière blessante".

Comme pour s'excuser de la cohorte de journalistes qui la suivait, elle lui glissait "Je suis navrée", suscitant l'hilarité de la présidente du Front national. Malgré la perte de l'investiture la veille, la journée n'était pas totalement perdue pour Nadine Morano.

EN SAVOIR +
>> QUIZ - Marine Le Pen ou Nadine Morano, qui a dit quoi ?
>> Après ses propos, Nadine Morano n'est pas non plus bienvenue au FN

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter