VIDÉO - Gilets jaunes et nouveau monde : les petites leçons de François Hollande à Emmanuel Macron

Politique
DirectLCI
IL FALLAIT QUE CA SORTE - L'ancien président de la République, qui participait mercredi à une conférence à Science-Po, s'est défendu après le discours de l'inventaire tenu par l'actuel premier secrétaire du PS, Olivier Faure, et en a profité pour distribuer quelques piques notamment à l'adresse de son successeur.

"Il n'y a rien de pire pour un citoyen que de se faire donner la leçon"... et rien de plus tentant pour François Hollande que d'en donner une à Emmanuel Macron ? Alors qu'il participait, mercredi 6 février, à une conférence à Science-Po, l'ancien chef de l'Etat en a profité pour distribuer quelques piques à l'adresse de son successeur.


Au menu, une critique à peine voilée au "nouveau monde" si cher à Emmanuel Macron, par opposition aux formations politiques plus anciennes. "A force de critiquer les partis traditionnels, on a inventé des formes assez archaïques d'organisation politique c'est à dire d'inorganisation politique où le chef (qui se prend pour la République, ça peut arriver) décide de tout et presque sans le rappel de ce que des citoyens ont pu investir dans une organisation", a notamment lancé François Hollande, ajoutant donc un petit clin d'oeil à Jean-Luc Mélenchon.


"Les leçons de morale ne peuvent pas être entendues" quand elles sont données par "ceux qui ne vivent pas dans les mêmes conditions", a-t-il par ailleurs estimé, avant de citer l'exemple pour le moins explicite de la hausse de la taxe sur le carburant qui a enflammé les Gilets jaunes : "En disant  'vous êtes citoyen, vous êtes responsable, vous êtes conscient du climat, payez plus cher votre carburant vous rendrez un service'."

"Encore faut-il que les décisions prennent en compte le débat"

Visiblement très inspiré, l'ancien chef de l'Etat a même poursuivi son cours particulier à Emmanuel Macron, dans le couloir, en dehors du  cadre de la conférence donc. "C'est important que dans un débat, le président s'exprime et puis qu'il écoute les Français et après que les décisions puissent être prises même si on sait bien que les décisions mettront du temps forcément à être à la hauteur de ce qui est attendu", a-t-il ainsi glissé. Et de conclure : "Encore faut-il que les décisions prennent en compte le débat, ça va être la question", alors qu'une minorité de Français croient à l'idée que le Grand débat puisse déboucher sur des restitutions complètes des réunions.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter