Brice Hortefeux sur LCI : "Nicolas Sarkozy a imposé un rythme qui s'est ensuite imposé à tous ses successeurs"

Brice Hortefeux sur LCI : "Nicolas Sarkozy a imposé un rythme qui s'est ensuite imposé à tous ses successeurs"
Politique

INTERVIEW - Invité de LCI ce mardi, le député européen s'est félicité du retour médiatique de Nicolas Sarkozy, qui était l'invité de TF1 lundi soir, et la sortie de son livre, "Le Temps des tempêtes".

Une nouvelle fois, Brice Hortefeux témoigne de sa fidélité et de son amitié à Nicolas Sarkozy. Qualifiant l'ancien président de la République d'"homme totalement libre" et "qui n'a pas de tabou", celui qui fut son ministre de l'Intérieur - après un passage au controversé ministère de l'Immigration et de l'Identité nationale - le considère comme le premier occupant de l'Elysée à avoir "imposé un rythme qui s'est ensuite imposé à tous ses successeurs".

"C'est un symbole très fort puisque c'est le dernier à avoir fait gagner la droite", a encore estimé Brice Hortefeux, aujourd'hui député européen et vice-président du conseil régional d'Auvergne-Rhône-Alpes. 

Nicolas Sarkozy "a imposé un rythme"

"Il a eu beaucoup de succès, de capacité d'innovation, notamment dans la gestion de la crise de 2009", a-t-il poursuivi, saluant également "la fidélité" de Nicolas Sarkozy à ses convictions. "Lui, il n'a pas changé cinquante fois de famille politique", fait valoir Brice Hortefeux. 

Lire aussi

Alors que Nicolas Sarkozy, invité de TF1 lundi soir, est revenu sur sa relation à Emmanuel Macron, Brice Hortefeux juge que "les relations qui existent aujourd'hui entre le Président en exercice et celui qui a été un de ses prédécesseurs sont des relations normales dans une démocratie moderne et apaisée". L'occasion de glisser un tacle appuyé à François Hollande : "Ce qui était anormal, c'est ce qui était sous le précédent quinquennat. Vous vous souvenez des conditions de passation de pouvoir..." 

En vidéo

Sarkozy sur Castex : "Ce n'est pas mon choix, le président n'est pas un homme sous influence"

Brice Hortefeux s'en est en revanche pris à l'actuel chef de l'Etat sur le plan de la sécurité. "Le bilan d'Emmanuel Macron sur ces trois premières années est un bilan d'échec en matière de sécurité et sur les questions migratoires", a-t-il déclaré, pointant "un rebond de la délinquance dans notre pays". L'ancien ministre de l'Intérieur note notamment "une augmentation des vols avec violence de 21% en trois ans", ainsi qu'une hausse des homicides. 

Toute l'info sur

L'interview Politique

Des mauvais chiffres qu'il attribue au "retrait de l'Etat", notamment sur le plan financier. "Dans les années 90, vous aviez à peu près 4,5% du PIB qui étaient consacrés aux questions régaliennes : sécurité, justice, etc. Aujourd'hui, on est tombé à 3%." 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent