Pour Brigitte Macron, le temps "rendra hommage" au chef de l'Etat

Politique

ENTRETIEN - Brigitte Macron a accordé un entretien à RTL ce jeudi dans lequel elle revient notamment sur l'affaire Benalla mais aussi sur la crise des Gilets jaunes, que elle et son époux n'avaient "pas vu venir".

Ce jeudi, Brigitte Macron a accordé une interview à RTL, dans laquelle elle revient sur son rôle de Première dame, les deux années passées à l'Elysée et les choix effectués par son mari depuis le début de son mandat. Elle évoque ainsi le travail effectué par son mari, Emmanuel Macron : "Je serais malheureuse si je le voyais baisser les bras, mais pas un instant je ne l'ai vu dans une situation difficile. Il travaille, il travaille sans arrêt. Il se pose des questions, il y répond et trouve des solutions." 

"Il fait aussi des erreurs comme tout le monde. Il n’est qu’un homme, on ne trouve pas toujours des solutions immédiates, mais je pense que le temps lui rendra hommage. (...) J’ai profondément confiance en lui. On est là, l'un pour l'autre sans arrêt, 24 sur 24. Nous sommes totalement fusionnels. On a des choses à se dire, parfois pas aimables. On est un couple assez musclé. On se dit les choses. On se recadre quand les portes sont fermées", précise-t-elle concernant l'aspect plus personnel de leur relation.

Lire aussi

Peut-être aurait-il fallu dire tout de suite "il y a un problème".- Brigitte Macron à propos de l'affaire Benalla.

Avant de revenir sur le poids des responsabilités qui pèse sur les chefs d'Etat : "En règle générale, on reste sur nos positions. Mais je mesure et je dis ça pour tous les présidents, ce qui leur tombe sur les épaules. C'est Atlas, ce dieu qui porte la voûte terrestre, c’est une chape." La première dame est également revenue sur les faits marquants qui ont agité le mandat d'Emmanuel Macron, à savoir l'affaire Benalla et la mobilisation des Gilets jaunes. 

Pour le premier exemple, Brigitte Macron reconnaît que l'entourage du président a "certainement minimisé" l'affaire : "Peut-être aurait-il fallu dire tout de suite 'il y a un problème'. Mais ce n’est pas si facile parce que c’est de l’humain. Les gens qui travaillent avec nous, du jour au lendemain vous ne pouvez pas leur dire 'bah non vous travaillez pas avec nous'."

Concernant la crise des "gilets jaunes", "on ne l'a pas vu venir", précise Brigitte Macron mais "je ne pense pas qu'il (Emmanuel Macron) l'ait minimisée". "J'ai eu peur pour la France. On n'arrive à rien par la violence, ce n'est pas comme ça qu'on avance", selon elle.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter