VIDÉO - Invité d'un dîner de François de Rugy, Jean-Michel Aphatie regrette : "Même avec des chips, je n'aurais pas dû y être"

Politique

Toute L'info sur

Affaire Rugy : le ministre de l'Écologie poussé à la démission

REACTION - Cité comme invité de François de Rugy par l'article de Mediapart mettant en cause le ministre pour ses dîners fastueux, le journaliste et éditorialiste politique de LCI s'est expliqué sur les raisons de sa présence à l'hôtel de Lassay.

Dans la liste des invités de François de Rugy à ses dîners fastueux, hôtel de Lassay, est apparu le nom de Jean-Michel Aphatie, journaliste et éditorialiste politique pour LCI. Invité à s'exprimer sur le plateau de LCI à propos des révélations de Mediapart qui ont secoué l'exécutif en début de journée, il a expliqué, comme dans l'enquête du site, la raison de sa présence : "J'ai été associé à ce dîner, qui a l'air d'être le premier, je ne me souviens plus la date, par un filtre amical et pas professionnel. Ma femme connait l'épouse de François de Rugy et c'est par elle qu'est venue l'invitation."

"Ça a été une erreur de jugement d'y aller"

Et de poursuivre : "Quand l'invitation m'a été faite, j'ai hésité. Je n'ai pas senti le truc, parce que j'ai une vieille pratique professionnelle, j'évite les dîners, parce que j'ai compris là que ce ne serait pas là un dîner professionnel. Bon, j'y ai été, ça a été une erreur de jugement d'y aller, j'ai bien compris que ce n'était pas un dîner de travail." 


L'éditorialiste regrette toutefois un "poujadisme plein pot" qui "s'insinue" dans les commentaires sur cette affaire. Pour François de Rugy, un dîner comme ça lui permet de sentir la diversité de la société. Par exemple, j'ai noté un tweet qu'on ne cite pas, c'est une avocate engagée dans la lutte contre les violences faites aux femmes, et qui dit : "Ce soir-là, j'ai pu parler avec François de Rugy, de mes préoccupations, les violences faites aux femmes." Moi, j'étais déplacé, dans ce dîner. Les autres, peut-être moins."


Interpellé sur le faste des menus, largement relevés dans cette affaire, il convient : "Du homard, des grands crus à 500 euros, c'est indécent. Ça ne peut pas être compris". Il insiste toutefois sur le fait qu'en ce qui le concerne, ce n'est pas tant le luxe de la carte qui posait le plus problème : "Il y aurait eu des chips, je n'aurais pas eu à y être."

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter