VIDÉO - Castaner sur l’affaire Urvoas-Solère : "On ne peut pas accepter ce genre de pratiques"

DirectLCI
JUSTICE - Invité sur LCI ce jeudi matin, le délégué général de la République en Marche, Christophe Castaner, a indiqué que Thierry Solère n’avait pas vocation à avoir des responsabilités au sein du mouvement si les faits de fraude fiscale qui lui étaient reprochés étaient confirmés. Le député des Hauts-de-Seine aurait également été informé du développement de l'enquête le concernant par Jean-Jacques Urvoas alors que celui-ci était encore ministre de la Justice.

Les jours de Thierry Solère au sein de la République en Marche sont-ils comptés ? Le récent transfuge des Républicains, qui n’a pour le moment aucune responsabilité particulière dans ce mouvement, "n’a pas vocation à en avoir", a lancé Christophe Castaner ce jeudi matin sur LCI. "L'affaire est grave, on ne peut pas accepter ce genre de pratiques", a indiqué sur notre chaîne celui a récemment quitté sa fonction de porte-parole du gouvernement mais qui est toujours secrétaire d’État chargé des Relations au Parlement. 


Christophe Castaner faisait référence aux souçpons de fraude fiscale qui pèsent sur Thierry Solère et au fait qu'i laurait été informé de l'état de l'enquête par Jean-Jacques Urvoas quand celui-ci était Garde des Sceaux. A ses yeux, "c'est inacceptable, ce n'est pas moral, ce n'est pas éthique et c'est une faute de droit". Le patron de LREM a ajouté qu'il prévoyait de saisir la commission d’éthique pour savoir si le député des Hauts-de-Seine avait encore un avenir dans le parti présidentiel.

Mercredi, le Canard Enchainé a révélé que Jean-Jacques Urvoas, alors ministre de la Justice, avait transmis en juin dernier à Thierry Solère, à sa demande, une note confidentielle sur l’état des lieux de l’enquête ouverte contre lui pour fraude fiscale, blanchiment, corruption, trafic d’influence et recel d’abus de biens sociaux. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter