VIDÉO - Jack Lang se souvient des "leçons de gauche" qu'il donnait à Jean-Luc Mélenchon

Politique
SOUVENIRS, SOUVENIRS - L'ancien ministre de la Culture, invité de LCI dimanche 3 décembre, est revenu sur son temps passé au ministère de l'Education avec Jean-Luc Mélenchon, entre 2000 et 2002.

Peu s'en souviennent quand ils voient Jean-Luc Mélenchon aujourd'hui dans son rôle d'opposant intransigeant à Emmanuel Macron, mais le fondateur de la France insoumise a été, pendant deux ans, ministre. C'était entre 2000 et 2002, dans le gouvernement de Lionel Jospin, et il occupait alors le poste de ministre délégué à l'Enseignement professionnel. Invité de LCI dimanche 3 décembre, Jack Lang peut en témoigner, puisque ce dernier, titulaire du portefeuille de l'Education nationale, était son ministre de tutelle.

"Je le trouvais parfois un peu conservateur"

"Il était excellent", commence celui qui préside aujourd'hui l'Institut du monde arabe. Ce sera le seul mot doux de Jack Lang à son égard, embrayant aussitôt : "Je le trouvais parfois un peu conservateur. En particulier, il était contre le collège unique." Une position que Jean-Luc Mélenchon a conservée, jugeant que cette organisation, qui par exemple amena à la suppression des filières technologiques pour les 3e et les 4e en 2001, était incapable de pallier aux inégalités sociales.


Une opposition qui valut à Jean-Luc Mélenchon quelques conservations avec Jack Lang pour un rappel en bonne et dûe forme des valeurs cardinales de la gauche : "Il arrivait que je le voie, seul à seul, pour lui dire que nous étions un gouvernement de gauche." Des leçons de gauche à Jean-Luc Mélenchon, de la part de Jack Lang ? L'anecdote fait sourire le journaliste de LCI, qui relance : "Vous lui donniez des leçons de gauche ?". "Entre guillemets", répond aussitôt Jack Lang.

"Jean-Luc, prends le temps"

Reste qu'au-delà de ses souvenirs de ministères avec Jean-Luc Mélenchon, l'initiateur de la Fête de la musique a quelques conseils à donner au député des Bouches-du-Rhône. S'il lui reconnait d'avoir "accompli un certains d'actions, d'initiatives", il lui conseillerait bien de mettre de l'eau dans son vin. "J'ai envie de lui dire : 'Jean-Luc, prends le temps. Apaise, réfléchis'." Référence aux emportements reprochés à l'insoumis, à l'image des séquences très tendues lors de "L'Emission politique", sur France 2, jeudi 20 novembre. 

"Il ne peut pas se laisser en permanence aller à des invectives, des vociférations, qui lui nuisent et qui en même temps jettent le discrédit sur une conception de la gauche, qu'elle soit centrale ou extrême", poursuit Jack Lang Voilà ce que j'ai envie de lui dire : 'Prends le temps et surtout, sois un peu moins tourné vers toi même et davantage vers la société, les autres organisations, les autres mouvements'." Un conseil dont on n'imagine pas vraiment Jean-Luc Mélenchon se saisir, lui qui a fait du remplacement du PS un de ses objectifs à court terme.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Jean-Luc Mélenchon, l'"insoumis"

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter