VIDÉO - Le pilier toulousain qui a demandé la nationalité française à Macron plaisante en posant avec un passeport français

Politique
RUGBY - Pilier du Stade toulousain, le sud-africain Maks Van Dyk a profité d'un échange avec Emmanuel Macron, avant la finale du Top 14 entre Toulouse et Clermont, pour lui demander sa naturalisation. "Banco", a répondu le chef de l'Etat du tac-au-tac. Le lendemain, il posait avec un passeport. "Une blague", a précisé le pilier, mais il en a profité pour réitérer sa demande.

Généralement, les procédures pour obtenir la nationalité française prennent du temps. Pour la lancer, il n'aura fallu que dix secondes, samedi, au Sud-Africain Maks Van Dyk. Le pilier du Stade toulousain a profité des présentations des équipes et d'un bref échange avec Emmanuel Macron juste avant la finale du Top 14 Toulouse-Clermont, pour faire sa demande.


Alors que le chef de l'Etat passe les joueurs en revue pour les saluer, Maks Van Dyk n'y va pas pas quatre chemins. "Comment ça va ?", lui demande Emmanuel Macron en lui serrant la main. "Ça va, et vous ?" lui rétorque le puissant première ligne avant de saisir la balle au bond : "Je peux avoir la nationalité française s'il vous plaît ?", l'interroge celui qui allait devenir champion de France 80 minutes plus tard.

"On lance la procédure"

"Banco. Très bien", lui répond sans hésiter Emmanuel Macron. "Je suis très fier d'être en France", relance Maks Van Dyk. A quoi le président de la République ajoute : "Eh ben... On lance la procédure". 


Le chef de l'Etat était hué au même moment par une partie des 80.000 spectateurs, au même titre que le président de la Fédération française de rugby, Bernard Laporte, qui l'accompagnait sur la pelouse. 


Au petit matin, le première ligne apparaissait sur le compte Twitter de son coéquipier Romain Ntamack, passeport français en main. Une naturalisation express ? "C'est juste une blague", a précisé le Sud-Africain en début d'après-midi, "tout en répétant qu'il espérait bien être français bientôt".

Maks Van Dyk, 27 ans, a évolué en 2012 dans l'équipe nationale sud-africaine des moins de 20 ans. Il a intégré le Stade toulousain en 2016. Un parcours qui n'est pas sans rappeler celui - par exemple - du 2e ligne Paul Willemse ou encore Scott Spedding qui ont fini par porter le maillot du XV de France. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter