VIDÉO - Jean Lassalle pique une grosse colère contre son faible temps de parole à l'Assemblée

DirectLCI
GUEULANTE - Le député du Béarn, qui siège parmi les non-inscrits, s'est offusqué mercredi soir d'avoir été interrompu et a quitté l'Assemblée avec fracas.

Jean Lassalle s'est fâché tout rouge, mercredi soir à l'Assemblée nationale. Le député des Pyrénées-Atlantiques a accusé l'Assemblée de censure lors des débats sur la loi solidarité et renouvellement urbains (SRU), qui impose à certaines communes d'avoir au moins 20 % de logements sociaux d’ici à 2025. 


Alors que Jean Lassalle souhaitait prendre la parole, il a été interrompu car il ne disposait plus de de temps de parole. Le député est en effet chez les non-inscrits, dont le temps de parole est limité par rapport à ceux des groupes parlementaires. Et ça ne lui a pas plu. Le député s'est alors mis à crier et à battre des bras, alors que la présidente de séance, Carole Bureau-Bonnard, lui rappelait le règlement : "Vous faites partie des non-inscrits, il n’y a plus de temps de parole", a-t-elle dit, en vain.

"C’est une honte !", a répété le député. "Je ne sers à rien! Il y a 50 députés ici qui ne servent à rien ! C'est honteux ! Vous poussez un vieux à vous tenir tête ! Jamais je n'ai vu cela ! L'Assemblée nationale du peuple français doit respecter le droit à l'expression des députés ! (...) Je ne vais pas me calmer ! C'est honteux !", a-t-il crié, alors que son micro était coupé.


"Ce qui est honteux, c'est ce que vous êtes en train de faire, M. Lassalle. Vous n'avez pas à vous lever et à hurler dans l'Assemblée. Vous connaissez le règlement", a répondu Carole Bureau-Bonnard, par ailleurs élue LaREM de l'Oise. Et d'ajouter : "Si vous aviez été là au tout début de la séance, vous auriez entendu que les non-inscrits, dont vous faites partie, n'ont plus de temps de parole". Sur ces mots, Jean Lassalle a quitté l'Assemblée en lâchant une ultime saillie : "Mesdames et messieurs les censeurs, bonsoir !"

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter