VIDÉO - Jean-Michel Blanquer promet aux enseignants "de premières augmentations en 2021"

VIDÉO - Jean-Michel Blanquer promet aux enseignants "de premières augmentations en 2021"
Politique

RÉPONSE - Jean-Michel Blanquer était l'invité politique d'Elizabeth Martichoux mardi 7 janvier 2020. Le ministre de l'Education nationale est revenu sur la manifestation prévue le jeudi 9 janvier 2020, à laquelle devrait massivement participer le corps enseignant.

Les syndicats opposés à la réforme des retraites misent sur une forte participation à la manifestation prévue le jeudi 9 janvier 2020, et le succès de cette dernière devrait notamment dépendre de la mobilisation des enseignants. 

Invité sur le plateau de LCI, le ministre de l'Education a tenu à rassurer le corps enseignant en assurant que des augmentations de salaires devraient intervenir incessamment, soit en 2021, pour éviter une baisse de leur pension de retraite avec la nouvelle réforme : "Les premières augmentations se verront pour l'année civile 2021 et au cours des prochains mois, nous allons voir comment, année après année, cette revalorisation se réalise", explique-t-il. "C’est entre 400 et 500 millions par an supplémentaires, qui s’ajoutent année après année (…) Les augmentations de salaires, tout au long de cette décennie 2020 et dès 2021, ça va être progressivement plusieurs centaines d'euros, année après année. Elles se planifieront de 2021 à 2037 (...) La formidable augmentation de la rémunération qui se profile [10 milliards d'ici à 2037], c'est considérable, ça n'a jamais été fait, et c'est absolument indispensable".

Pour toutes ces raisons, Jean-Michel Blanquer espère une faible mobilisation ce jeudi : "Nous avons désormais des perspectives extrêmement positives pour les professeurs qui sont très fortes et très claires. Mon invitation à l'ensemble des personnels de l’éducation nationale est qu'on soit très unis".

Lire aussi

Blanquer alerte sur les fake news

Toute l'info sur

La réforme des retraites d'Emmanuel Macron

Pour expliquer le ras-le-bol du corps enseignant, Elizabeth Martichoux cite une enseignante de primaire ('Nous perdons beaucoup et en plus, ils nous promettent des augmentations qui ne seront de l'ordre que d'une vingtaine d'euros par mois'). "C’est faux", rétorque Jean-Michel Blanquer. "Je sais bien que tout le monde, toute la journée, est abreuvé de nouvelles négatives. Sur tous les sujets, on est bombardés de fausses nouvelles qui finissent par imprégner l’esprit public. Un vrai problème démocratique aujourd’hui. Or, nous avons des éléments de crédibilité dans ce que nous sommes en train de dire, parce que le projet de loi arrive à la fin du mois de janvier, parce que je commence les négociations dans une semaine, etc. Ce sera très démontrable dans les prochaines semaines." 

Selon le ministre de l’Education, il ne s’agit pas d’une simple augmentation d’une vingtaine d’euros : "C’est évidemment beaucoup plus, tout particulièrement pour le personnel né après 1975", assure-t-il. "Les autres aussi auront droit à une revalorisation. Ce que nous allons faire, c’est une comparaison entre ce que devrait être la rémunération sur toute une carrière pour un enseignant aujourd’hui et ce qu'elle serait dans 15, 20 ans au moment de partir à la retraite et pour les années suivantes. C’est un travail très technique."

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent