VIDEO - Juppé sifflé et hué au meeting de Sarkozy à Bordeaux

Politique
MALAISE - Le maire de Bordeaux s'est fait huer sur ses propres terres, samedi, lors du meeting de Nicolas Sarkozy dans la ville. Accueilli par les sifflets des militants venus applaudir l'ancien Président, Alain Juppé n'a pas caché son irritation.

La violence des huées l'a surpris lui même. En montant sur la tribune du hangar 14 à Bordeaux pour ouvrir le meeting de Nicolas Sarkozy, ce samedi, Alain Juppé n'a pas reçu l'accueil auquel il est habitué dans sa ville de Bordeaux. Face à un parterre d'environ 4.000 militants, pour certains venus de loin, le maire de Bordeaux a dû affronter une série de sifflets et de huées de la foule. "Quoi, qu'est-ce qu'il se passe "? a interrogé l'ancien ministre, visiblement irrité, interrompu dès les premières secondes de son discours.

À LIRE AUSSI >> Sarkozy-Juppé : les militants se déchirent

Ce n'est un secret pour personne : entre l'ancien Président, aujourd'hui en campagne pour la présidence de son parti, et l'ancien ministre des Affaires étrangères, déjà lancé pour 2017, les relations ne sont pas au beau fixe. Les retrouvailles de ces deux ex-collègues ce samedi s'annonçaient cependant cordiales. Mais les sarkozystes semblent en avoir décidé autrement.

"Je ne me laisse pas impressionner"

Par les sifflets et les huées, la foule a interrompu à plusieurs reprises le maire de Bordeaux. La simple évocation d'une primaire ouverte pour 2017 ainsi que l'ouverture de l'UMP vers le centre ont fait rugir les militants, serrés comme des sardines dans le hangar bondé. Et c'est avec un agacement non-dissimulé que le maire de Bordeaux a achevé péniblement son très court discours. "Je ne me laisse pas pour ma part impressionner par les mouvements de foule", a-t-il eu seulement le temps de glisser, les yeux fixant le public. Une petite pique qui, sans le nommer, fait sans doute référence à Nicolas Sarkozy lorsqu'il avait parlé d'"abrogation" de la loi Taubira , poussé par les militants de la Manif pour tous.

La photo politique tant attendue des deux hommes réconciliés attendra. Peut-être refroidi par l'accueil glacial de la foule, Alain Juppé ne prendra d'ailleurs pas place sur le fauteuil qui lui était réservé sur scène, à côté de Nicolas Sarkozy. Pas rivaux, Nicolas Sarkozy et Alain Juppé ? C'est en tout cas ce que juraient encore la veille les deux camps. Dans le coeur des militants, en tout cas, il semble en être autrement.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter