VIDÉO - L'intox de Laurent Wauquiez sur la généralisation des techniques halal dans les abattoirs

Politique
DirectLCI
FACT CHECKING - Invité ce dimanche lors du "Grand Jury" LCI/RTL/Le Figaro, Laurent Wauquiez a assuré que "dans la plupart de nos abattoirs, on abat avec des techniques halal". Une affirmation loin d'être vraie.

"Dans la plupart de nos abattoirs, on abat avec des techniques halal" : c'est ce qu'a affirmé Laurent Wauquiez ce dimanche lors du "Grand Jury" LCI/RTL/Le Figaro. Cette idée est régulièrement reprise, notamment par l'extrême-droite, pour appuyer l'idée d'une "islamisation" de la société française. "Il s'avère que l'ensemble de la viande qui est distribuée en Ile-de-France, à l'insu du consommateur, est exclusivement de la viande halal", avait ainsi affirmé Marine Le Pen en 2012, en pleine campagne électorale.

Le halal ou le casher, des techniques d'abattages encadrées

Pour qu'un animal soit tué selon le rituel halal, il faut qu'il soit conscient, donc non étourdi. Or, depuis 1964, la loi française prévoit que les bêtes doivent être étourdies au moment de la saignée afin d’éviter au maximum la douleur. Mais des dérogations sont prévues dans le cadre du libre exercice des cultes : elles autorisent des sacrificateurs à égorger les bêtes en pleine conscience, pour que la viande soit considérée comme halal ou casher. Depuis 2011, cette pratique est mieux encadrée. Un décret soumet à la dérogation un régime d’autorisation préalable qui ne peut être accordé qu’aux abattoirs qui justifient de la présence d’un matériel adapté, d'un personnel dûment formé, de procédures garantissant des cadences et un niveau d'hygiène adaptés, ainsi que d'un système d'enregistrement permettant de vérifier qu'il n'est recouru à l'abattage sans étourdissement préalable qu'à raison de commandes commerciales le justifiant. Dans l’Hexagone, 218 établissements sont autorisés à pratiquer des abattages rituels... sur les 941 qu'il y a sur tout le territoire.

Pourtant, l'idée d'abattoirs faisant exclusivement du halal continue d'être véhiculée, pour plusieurs raisons. En novembre 2011, un rapport du Conseil Conseil de l’alimentation, de l’agriculture et des espaces ruraux précisait que 51% des abattages pratiqués en France étaient des abattages rituels juifs ou musulmans. Or, comme le rappelle Europe 1 ce matin, le rapport se basait sur 15 abattoirs, alors qu'il en existe 941 sur tout le territoire (263 abattoirs de boucherie et de gros gibier et 678 abattoirs de volailles et de petit gibier).

L'étiquetage de la viande continue d'alimenter les soupçons

L'idée est également tenace car l'étiquetage de la viande selon le mode d'abattage n'est pas obligatoire, ce qui continue d'alimenter les soupçons. Aussi, certains abattoirs ont deux chaînes d'abattage, et ils sont souvent accusés de n'utiliser que l'abattage halal pour des raisons de rapidité et de facilité. Or, selon le rapporteur d'un rapport de 2016 fait au nom de la commission d'enquête sur les conditions d’abattage des animaux de boucherie dans les abattoirs français, "outre que cela est désormais interdit, cela n’est pas du tout dans l’intérêt des opérateurs car cela ralentit fortement la cadence d’abattage".


Selon l’ancien ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll, en 2014, l’abattage sans étourdissement représentait 15% des bovins abattus, et 27% des ovins. Une réalité loin de celle évoquée par Laurent Wauquiez.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter