VIDÉO - La déclaration de Macron sur "les 7 à 8 enfants par femme en Afrique" passe mal

DirectLCI
POLÉMIQUE - À l’occasion d’une conférence de presse du G20 à Hambourg le 8 juillet dernier, le président français a évalué que "le défi de l'Afrique" était "civilisationnel", puis a pointé du doigt les "sept à huit enfants" qu'auraient les femmes de certains pays africains.

À l’occasion d’une conférence de presse en marge du sommet du G20 à Hambourg, le 8 juillet, le président de la République, Emmanuel Macron, a livré une analyse très simplifiée  du "défi de l’Afrique ". Des propos qui ont fortement déplu sur les réseaux sociaux. Sur Twitter, une vague d'indignation s'est répandue et de nombreux internautes ont considéré que les propos du président de la République française étaient dégradants, parfois même racistes. Une sortie qui passe mal, quelques semaines après la polémique des "kwassas-kwassas".



Les projections (en 2015) du Population Reference Bureau ont pronostiqué une très forte croissance démographique en Afrique  d'ici 2050. Au cours de l'étude, le taux de fécondité moyen y est évalué à 6 enfants par femme. Il devrait grimper jusqu'à 7.6 enfants par femme.

Le fond et la forme

Ce n'est donc pas vraiment le fond  qui est reproché à Emmanuel Macron, mais plutôt la "forme" de son discours. Certains jugent que c'est le ton "condescendant" du chef politique français qui ne passe pas. Un point de vue également partagé par l'éditorialiste guinéen Boubacar Sanso Barry pour Courrier International. En revanche, d'autres condamnent "une lecture magistrale du problème africain"


"On rend les femmes du tiers-monde responsables du sous-développement. En réalité, on inverse la causalité : la plupart des études prouvent aujourd'hui que c'est le sous-développement qui entraîne la surpopulation", indique Libération, citant la politologue Françoise Vergès, Le Ventre des femmes (Albin Michel, 2017).

Civilisationnel

Le terme  "civilisationnel", notamment, a fait réagir. Dans son sens littéral, "civilisationnel" signifie "l’ensemble des caractéristiques qui constituent un pays, un peuple"… De quoi indiquer que l’Afrique se doit  de faire évoluer sa civilisation ? Une prise de position qui fait écho un peu plus encore au discours tenu à Dakar par Nicolas Sarkozy en 2007 où il avait déclaré que "l'homme africain n'était pas assez rentré dans l'histoire".

Plus d'articles

Sur le même sujet