Trois Français en lice pour le titre de "meilleur maire du monde"

Trois Français en lice pour le titre de "meilleur maire du monde"

CONCOURS - De Buenos-Aires à Saint-Omer, en passant par Ankara et Mexico, 32 candidats ont été sélectionnés pour être élus meilleur maire du Monde par la City Mayor Foundation.

Ils n'ont, a priori, pas grand-chose en commun. Philippe Rio, maire communiste de Grigny, Eric Piolle, maire écologiste de Grenoble et François Decoster, maire Modem de Saint-Omer. Pourtant, ils ont tous les trois une chance de devenir "meilleur maire du monde", d'ici à la fin du mois d'avril. 

Ce titre prestigieux, décerné chaque année par la City Mayor Foundation, récompense les élus pour leur action au service de leurs administrés et, cette année, il met l'accent sur leur gestion de la crise sanitaire. Comme l'explique la fondation sur son site, ces 32 maires de 21 pays, sont choisis sur leur capacité à fournir "à leurs communautés protection et assurance", pendant la pandémie, mais aussi sur leur compréhension de ses "implications à long terme."

Toute l'info sur

Le 13h

C'est d'ailleurs en partie grâce à sa gestion de la crise sanitaire que le maire de Saint-Omer a conquis le cœur de ses habitants. Et notamment, car il a été l'un des premiers à distribuer des masques gratuitement, alors que la France était en rupture de stock. Interrogé sur le sujet, un Audomarois s'en souvient : "Il y avait des distributions de masques pour tous les habitants de Saint-Omer alors qu'on était en pénurie au niveau national. C'est génial d'avoir pu organiser ça."

Élu en 2014 à la tête de cette ville de 15.000 habitants, François Decoster est apprécié pour sa gestion de la crise sanitaire, mais aussi pour ses qualités humaines. "Il est attentif, à l'écoute. Il a fait beaucoup de choses quand même", confie une passante. Un avis que partage un autre Audomarois : "Il travaille bien, il a fait pas mal de choses pour Saint-Omer, des travaux, je pense qu'il l'a mérité pour ça." 

C'est donc assez sereinement que François Decoster s'apprête à affronter les maires de Grigny, Grenoble, mais aussi de Washington et Buenos Aires, pour ce titre honorifique. "Qu'on soit à Mexico, Buenos-Aires, ou Saint-Omer, les questions qui se posent par rapport à une épidémie mondiale sont les mêmes", confie-t-il, saluant "la pointe positive" amenée par cette nouvelle. 

Pour faire gagner leur maire, les habitants de Saint-Omer, de Grigny ou de Grenoble ont jusqu'à la fin du mois d'avril pour adresser leur vote par email.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Ce que l'on sait de la mort de Maxime Beltra, décédé à 22 ans après une injection du vaccin Pfizer-BioNTech

PHOTO - Emmanuel Macron préside un conseil des ministres depuis son avion, un fait inédit

EN DIRECT - Covid-19 : le masque en extérieur fait son retour dans les villes de Haute-Loire

Quarantaine pour les Français vaccinés en Angleterre : Beaune juge la mesure "discriminatoire"

Le tableau des médailles des JO de Tokyo : la France stagne, malgré l'argent en aviron

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.