"Macron, c'est un petit joueur" : quand François Fillon tacle la gestion de la crise des Gilets jaunes

Politique

TACLE - L'ex-Premier ministre s'est exprimé à la télévision suisse ce jeudi, revenant notamment sur la crise des Gilets jaunes, mal gérée selon lui par Emmanuel Macron. Interrogé sur LCI, l'avocat Robert Bourgi, ancien proche de François Fillon, s'est dit "stupéfait" et "choqué" par les propos de ce dernier.

Emmanuel Macron ? "Un petit joueur", estime François Fillon. Interrogé sur l'actualité française lors d'un entretien accordé à la chaîne de télévision suisse RTS, l'ancien candidat à l'élection présidentielle de 2017 a livré son opinion sur le bilan du chef de l'Etat à la tête du pays, et notamment le mouvement des Gilets jaunes. Une crise mal gérée selon lui. "Si on réfléchit bien, c'est pas grand-chose, cette affaire de Gilets jaunes", fait valoir l'ex-locataire de Matignon. "Il y a eu au maximum des manifestations 150 000 à 180 000 personnes dans toute la France."

"Je vais être un peu prétentieux mais quand j'ai fait la réforme des retraites, j'ai mis 2 millions et demi de personnes dans la rue. (...) Macron, c'est un petit joueur ! Il a reculé parce qu'il y a cette puissance du système médiatique et des réseaux sociaux qui fait croire que le pays est à feu et à sang. Si cette crise a déstabilisé un gouvernement légitime venant d'être mis en place, ce n'est pas bon signe", insiste-t-il au micro de la RTS.

Voir aussi

Un retour en politique exclu

L'ancien maire de Sablé-sur-Sarthe a également abordé le futur, et notamment son avenir personnel. Pour celui qui est désormais président de la Commission des constructeurs de la Fédération internationale de l'automobile, un "come-back" en politique est tout simplement impossible. "J'ai choisi une autre vie qui me satisfait pleinement. (...) Quand je cours sur un circuit automobile, je regarde toujours devant", assure François Fillon, qui dit n'avoir "aucune nostalgie" pour le milieu. 

La droite française s'est suicidée avec ses divisions- François Fillon à la RTS

Aucune nostalgie mais des "regrets", des "remords" et de la "rancune", ressentie notamment après sa défaite en 2017. L'ancien chef du gouvernement adresse d'ailleurs un tacle à la classe politique française. "Je tourne la page, je regarde devant. Mais il était intéressant de voir aux obsèques de Chirac ces gens qui s'étaient battu les uns contre les autres". Le natif du Mans en profite également pour égratigner sa famille politique, regrettant que "depuis 20 ans, des batailles uniquement personnelles et d'ego et pas des débats idéologiques aient animé la droite française", dont il estime qu'elle s'est "suicidée".

Robert Bourgi "stupéfait" et "choqué"

"J'ai été stupéfait et choqué de ce que j'ai entendu", a réagi sur LCI l'avocat Robert Bourgi, ancien proche de François Fillon. "Comment peut-il traiter le président de la République de petit joueur ?"

En vidéo

"L'interview de M. Fillon est totalement déplacée", affirme Robert Bourgi

"S'il y en a un là-dedans qui est petit, c'est M. Fillon", a-t-il renchéri. "S'il y a un homme qui a tué la droite, c'est bien lui [...] S'il a des comptes à régler, c'est avec des millions et des millions de Français."

Lire et commenter