VIDÉO - Macron à la relance devant le Congrès : les 12 moments à retenir

Politique

Toute L'info sur

La présidence Macron

RÉCAP - Vous n'avez pas suivi le discours d'1h30 d'Emmanuel Macron devant les parlementaires réunis en Congrès à Versailles ? Voici les 12 points essentiels qu'il ne fallait pas manquer.

En une heure trente, le Président a voulu solder l'année passée et introduire celle à venir. Dans sa déclaration aux parlementaires, réunis en Congrès à Versailles, Emmanuel Macron a alterné les déclarations sur les grandes orientations de son quinquennat, quelques annonces plus ou moins concrètes, et une pique à son prédécesseur. LCI a sélectionné les 12 séquences marquantes du discours présidentiel.

Lire aussi

En vidéo

"Le Président ne peut pas tout"

Emmanuel Macron a entamé son discours en multipliant les marques d'humilité, notamment en prononçant ceci : "Il y a une chose que tout président de la République sait : il sait qu'il ne peut pas tout, et il sait qu'il ne réussira pas tout".

En vidéo

"Lors du prochain Congrès, (...) rester non seulement pour vous écouter, mais pour pouvoir vous répondre"

C'est la première et la seule annonce précise d'une nouvelle mesure : Emmanuel Macron a demandé au gouvernement d'ajouter un amendement au projet de loi constitutionnelle, qui permettra au Président d'écouter puis de répondre aux parlementaires lors de son prochain discours au Congrès.

En vidéo

"La taxe à 75% n'a pas créé d'emploi ni amélioré la condition de qui que ce soit en France"

Pour expliquer sa vision de l'économie et justifier sa politique favorable aux entreprises, Emmanuel Macron a choisi une formule choc : il s'en est pris à la taxe de 75% sur les hauts revenus mise en place pendant le quinquennat de François Hollande, estimant qu'elle "n'a pas créé d'emploi ni amélioré la condition de qui que ce soit en France, sauf peut être parmi les gestionnaires de fortune au Luxembourg, en Suisse ou aux Caïmans".

En vidéo

Un plan de réduction de la dépense publique présenté "dans quelques semaines"

Emmanuel Macron plaide pour un "ralentissement de la hausse continue de nos dépenses" et annonce que le Premier ministre présentera "dans quelques semaines" un plan détaillant les mesures d'économies.

En vidéo

"Je recevrai les 100 premières entreprises françaises" pour qu'elles "s'engagent en termes d'apprentissage, d'emploi dans les quartiers difficiles"

Emmanuel Macron a annoncé qu'ils recevra les "100 premières entreprises françaises" afin qu'elles s'engagent "en terme d'apprentissage", et d'emploi dans les quartiers et les zones les plus sinistrées. 

En vidéo

"Investir pour sauver les enfants de la pauvreté et de ses conséquences dramatiques"

Critiqué récemment pour avoir décalé la présentation du plan contre la pauvreté, le président a indiqué qu'il serait dévoilé en septembre et mis en place en 2019. 

En vidéo

"Rien ne changera pour les retraités d'aujourd'hui, rien"

Récemment pris dans la tourmente à propos de la réforme des pensions de réversion, Emmanuel Macron a dénoncé une "rumeur malsaine" et affirmé que "rien ne changera pour les retraités d'aujourd'hui. Rien!"

En vidéo

"De nouvelles décisions seront prises" dans la lutte antiterroriste

Évoquant la mutation de la menace terroriste, Emmanuel Macron a cité les récents attentats de Marseille, Trèbes et Paris, qui ont eu lieu pendant son mandat, et a rendu hommage aux forces de l'ordre, qui ont été vivement applaudies par les parlementaires.

En vidéo

"Il y a une lecture radicale, agressive de l'islam"

Le président a rappelé sa conception de la laïcité comme le "respect mutuel" entre les cultes et la République, tout en dénonçant l'islamisme radical. "Dès l'automne nous donnerons un Islam un cadre pour qu'il s'exerce partout dans les lois de la République", a-t-il annoncé.

En vidéo

"Une politique de l'émancipation de chacun qui libère du déterminisme social"

"Le modèle français que je veux défendre exige que ce ne soient plus la naissance, la chance ou les réseaux qui commandent la situation sociale, mais les talents, l’effort et le mérite", a affirmé Emmanuel Macron.

En vidéo

La frontière véritable qui traverse l'Europe est cella aujourd'hui qui sépare les progressistes des nationalistes"

À l'approche des élections européennes, le président a divisé l'UE en deux camps : celui des "progressistes" et celui des "nationalistes". Pour Emmanuel Macron, ce "combat" va durer "une décennie".

En vidéo

"Jamais la France n'acceptera (...) les déportations de migrants à travers l'Europe"

Toujours sur sa vision de la politique européenne, Emmanuel Macron a décliné sa conception de l'accueil des migrants et affirmé que "jamais la France n'acceptera" les solutions de certains responsables européens conduisant selon lui à "déporter" des migrants "dans des camps" situés "en Europe ou ailleurs".

Lire et commenter