VIDEO - Malgré les injures, Raphaël Enthoven tient tête à la convention de la droite, "trop réac pour gagner"

Politique

CONTRADICTION - Au milieu des discours d'Eric Zemmour et Marion Maréchal, celui du philosophe Raphaël Enthoven a fait grincer des dents ce samedi à la convention de la droite. Ses critiques envers la droite "trop réac pour gagner quoi que ce soit" ont provoqué les huées.

"Je vous remercie de cette invitation. Même si à cause de vous j’ai perdu plein d’amis sans en gagner un seul. Et même si je suis bien conscient que vous avez tout à gagner à ma présence alors que j’ai tout à perdre à venir chez vous." Le philosophe Raphaël Enthoven a très vite affiché sa position en introduction de son discours à la convention des droites, réunie ce samedi à Paris autour de Marion Maréchal. Celui qui ne fait pourtant pas toujours l'unanimité à gauche a tenu tout au long de son intervention à apporter la contradiction aux représentants de la droite dite dure. Ce qui n'a bien sûr pas plu au public.

"En vous agrippant à la droite comme le PS s’agrippe à la gauche, vous vous condamnez au parasitisme politique et à l’indécision sur la question européenne. Aussi n’aurai-je qu’un mot à dire à cet égard : ne changez pas d’avis car vous avez tort. La nostalgie ne fait pas un projet, le retour en arrière ne fait pas un avenir. Ce que vous êtes en train de construire n’est pas un paquebot du tout, c’est le radeau de la méduse (...). Ce que je veux dire c’est que c’est un bateau sans moteur, c’est une opération de survie, pas une opération de reconquête", a déclaré le philosophe.

Lire aussi

Vous préférez le bien, c’est-à-dire l’idée que vous en avez, à la liberté collective." - Raphaël Enthoven

"En vérité je vous le dis, et je vous le dis car je ne crains pas de vous faire changer d’avis en vous le disant, vous êtes beaucoup trop réac pour gagner quoi que ce soit. Vous préférez le bien, c’est-à-dire l’idée que vous en avez, à la liberté collective", a ajouté Raphaël Enthoven. 

En vidéo

Enthoven à la convention de la droite : "Vous êtes beaucoup trop réac pour gagner quoi que ce soit"

"Quelle différence entre le communautarisme qui interdit à un blanc de manger du couscous et l’identitarisme qui s’en indigne ? L’un dénonce l’impérialisme français, l’autre redoute le grand remplacement, mais dans un cas comme dans l’autre on racialise le débat, on communautarise le débat, et de part et d’autre on vénère des souches, or la souche c’est le prototype d’une fausse valeur. C’est le modèle de tout ce qu’on aime non parce que c’est aimable mais c’est parce que c’est soi-même. Une souche c’est un arbre sans tête, comment est-ce qu’on peut se vanter d’être un truc pareil ?", a-t-il continué, alors qu'Eric Zemmour avait prononcé avant lui un discours violent contre les immigrés "colonisateurs" et "l'islamisation de la rue", épousant la thèse complotiste du "grand remplacement".

"C'est toi le collabo"

Voir aussi

En vidéo

Nouvelle droite, vieilles idées ?

"C'est toi le collabo", "retourne en Algérie", ont crié certains membres de l'assemblée au philosophe, seul intervenant parmi la quinzaine invitée à discourir, à ne pas vraiment partager les idées de la droite de la droite. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter