VIDÉO - Manifestations des policiers : les propos de Cambadélis déplaisent à la classe politique

ERREUR - Lors d'une conférence de presse, Jean-Christophe Cambadélis a insinué qu'il y aurait une collusion entre le FN et les policiers qui manifestent contre les violences qui leur sont faites. Des propos qui n'ont pas plus à tout le monde.

Depuis lundi 17 octobre, les policiers manifestent tous les soirs à Paris et dans d’autres grandes villes de France pour protester contre les violences dont ils sont les victimes.


Lors d’un point presse au siège du Parti Socialiste, son Premier secrétaire, Jean-Christophe Cambadélis, a accusé le Front national d’avoir fomenté ces manifestations pour déstabiliser le gouvernement. Selon lui, "on voit la patte du FN dans les manifestations hors-la-loi qui se sont déroulées avec les forces de l’ordre". Des propos qui ont été moyennement reçus, à droite comme à gauche.

Lire aussi

Des critiques de droite… mais aussi de gauche

A gauche, c’est Arnaud Montebourg et Yannick Jadot, tous les deux candidats à l’élection présidentielle, qui ont critiqué les propos du Premier secrétaire. Invité sur BFM TV, Arnaud Montebourg considère "qu’il faut respecter les paroles fortes des fonctionnaires de police". Il en a profité pour asséner une petite charge à Cambadélis, "on n'est pas obligé de politiser tous ces problèmes ", affirme-t-il.


Sur France Info, Yannick Jadot en a profité pour tacler Jean-Christophe Cambadélis. "Je crois qu’il dit une sottise. Quand il y a un mal-être, il faut éviter de l’instrumentaliser comme le fait Marine Le Pen", assène le candidat EELV.

Une théorie du complotFlorian Philippot, BFM TV

De son côté, l’extrême droite n’a bien sûr pas manqué l’occasion de s’attaquer vivement au Premier secrétaire du PS. Pour le député Gilbert Collard, "Cambadélis, c’est Fantomette. Il faut le FN partout ", se moque-t-il sur LCI.


Sur BFM TV, le n°2 du FN, Florian Philippot, est allé un peu plus loin en évoquant une volonté de la gauche de cacher ses manquements sur le sujet des violences faites aux policiers en attaquant le FN. "J’ai le sentiment que le PS, Monsieur Cambadélis et le gouvernement, pour en arriver à une espèce de théorie du complot, sont manifestement complètement dépassés par les événements", dit-il.

Lire aussi

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La colère des policiers

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter