VIDÉO - Marion Maréchal-Le Pen se retire de la vie politique : retour sur une carrière précoce

Politique
DirectLCI
DANS LE RÉTRO - Après des semaines de rumeurs, la députée FN du Vaucluse Marion Maréchal-Le Pen a annoncé mardi qu'elle quittait la vie politique à seulement 27 ans. Retour en images sur le parcours de la petite-fille de Jean-Marie et nièce de Marine Le Pen.

Depuis plusieurs semaines, elle soufflait le chaud et le froid sur son avenir. Dans une lettre publiée par Vaucluse-Matin mardi soir, Marion Maréchal-Le Pen a confirmé ce qui était jusqu'ici une rumeur : elle met un terme à ses mandats électifs. Députée FN du Vaucluse et présidente de groupe au conseil régional PACA, la petite-fille de Jean-Marie Le Pen et nièce de Marine Le Pen laisse derrière elle sa vie d'élue pour embrasser une carrière dans le civil et se concentrer sur sa fille.

En vidéo

Marion Maréchal-Le Pen va annoncer son retrait (non définitif) de la vie politique

La plus jeune députée de la République française

Biberonnée à la politique, militante dans ses années lycée, elle apparaît pour la première fois sur les écrans radars à tout juste 20 ans. À l'époque, la deuxième de la liste FN dans les Yvelines pour les régionales 2010 ne supporte pas la pression médiatique et craque pendant une interview. "Est-ce que vous avez l'impression d'être dans la lignée de votre grand-père ?" lui demande la journaliste. La jeune candidate perd pied. Affectée, elle s'excuse et s'éloigne, le visage décomposé. 


De retour sur le devant de la scène en 2012, propulsée par son grand-père, cofondateur du parti d'extrême-droite, elle a pour mission de conquérir la troisième circonscription du Vaucluse. C'est chose faite. Seule députée FN à être élue au Palais-Bourbon, la plus jeune de l'histoire de la République, à seulement 22 ans, elle impose sa stature politique à l'extrême-droite.

Je ne renonce pas définitivement au combat politiqueMarion Maréchal-Le Pen dans sa lettre d'adieu

Catholique traditionaliste et proche des identitaires, elle se voit confier la tête de liste FN aux régionales 2015 en PACA. Pour ce scrutin à couteaux tirés, la benjamine de l'Assemblée nationale fait fort au premier tour en rassemblant 40,52% des suffrages, loin devant Christian Estrosi (26,46%). Mais elle échoue au second tour face au "front républicain" (54,78% contre 45,22%). 


Pendant la campagne présidentielle, elle laisse néanmoins poindre sa lassitude quant aux relations compliquées au sein du Front national, d'abord avec sa tante Marine Le Pen, battue dimanche dernier au second tour de la présidentielle, puis avec le vice-président du parti d'extrême-droite Florian Philippot. Jusqu'à ce mardi donc, les rumeurs allaient bon train. 


Pour autant, si elle se met en retrait de la vie politique, Marion Maréchal-Le Pen assure dans sa lettre ne pas renoncer "définitivement au combat politique". Comme pour laisser la porte ouverte à un éventuel retour. Partir pour mieux revenir ?

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter