Mélenchon et les députés de la France insoumise ont-ils enfreint une règle en refusant de porter une cravate dans l’hémicycle ?

Politique
DirectLCI
REBELLES - Les députés masculins de La France insoumise ont refusé ce mardi de porter une cravate dans l'hémicycle, rompant ainsi avec une tradition toujours respectée, bien qu'elle ne figure pas dans le règlement de l'Assemblée nationale.

"Il y avait des sans-culotte, il y aura maintenant des sans-cravate". Jean-Luc Mélenchon et les députés masculins de la France insoumise ont décidé de ne pas se plier à la règle du port de la cravate dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale. 


Les huissiers de l’Assemblée nationale, qui ont toujours veillé scrupuleusement au respect de cette tradition, prêtant même parfois le précieux accessoire aux députés étourdis qui l’avaient oublié, n’ont pas pu ou voulu imposer aux représentants de la France insoumise de s’y conformer. 


Le député et journaliste François Ruffin a même fait tomber la veste lors du vote pour le président de l'Assemblée nationale. A l'issue du scrutin, il a déclaré sur LCI qu'il aurait eu "l'impression d'être un guignol s'il avait porté une cravate". "Même dans les mariages, je n’en porte pas", a-t-il plastronné.

Une tradition plus qu'une règle

Si le port de la cravate n’a pas jamais été inscrit explicitement dans le règlement de l’Assemblée, cette convenance n’a jamais été remise en cause par les députés. 


Sans la rendre obligatoire, le bureau de l’Assemblée l’a tout de même inscrite au compte-rendu d’une réunion de 2008. "Confirmant, sur le rapport de M. le Président, le port obligatoire de la cravate dans l’hémicycle, le Bureau a souhaité rappeler à tous les membres de l’Assemblée la nécessité jusque là observée d’avoir en toutes circonstances une tenue respectueuse des lieux".

En vidéo

Jean-Luc Mélenchon, Alexis Corbière, François Ruffin : la France Insoumise fait son entrée à l’Assemblée nationale

A la mi-journée, le leader de la France insoumise avait expliqué que son groupe rejetait "ce code vestimentaire qui nous est imposé". 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter