VIDÉO - Mélenchon qualifie les policiers de "barbares", Castaner exige "des excuses"

Politique

PROPOS POLÉMIQUES - Interpellé par des manifestants alors qu'il participait à la mobilisation contre la réforme des retraites ce mardi à Paris, Jean-Luc Mélenchon a qualifié les forces de l'ordre de "barbares". Une sortie jugée "indigne" par Linda Kebbab, déléguée nationale du syndicat SGP Police-FO.

L'échange est bref, mais fait déjà largement réagir. Alors qu'il se trouvait ce mardi 24 septembre dans les rangs du cortège contre la réforme des retraites, à Paris, et que des participants l'interpellaient au sujet des violences policières, Jean-Luc Mélenchon a qualifié les policiers de "barbares" appelant les manifestants à la prudence lors des prochaines journées de mobilisation. "Ce sont des barbares. Soyez prudents, parce qu’ils ne s’arrêtent plus maintenant", a déclaré le leader de la France Insoumise.  

"Samedi, si j’y avais été, ils me tuent (sic). Ils attendent le prétexte", a ensuite ajouté le député de Marseille, alors que son interlocuteur lui assure que la foule l’aurait "protégé". Ce à quoi Jean-Luc Mélenchon répond : "Et puis après, c’est moi qui pleure de voir qu’ils vous éborgnent." Avant de conclure, en partant : "Ne vous faites pas prendre. Courage."

Voir aussi

"Il nourrit la violence à notre encontre"

Des propos vertement dénoncés par Linda Kebbab, déléguée nationale du syndicat SGP Police-FO. Jugeant que le cas du leader de la France Insoumise relevait "de la psychiatrie", la responsable syndicale a estimé au micro de LCI que cette séquence était "indigne" et "pathétique". "Jean-Luc Mélenchon a des idées dangereuses et nauséabondes, parce que, finalement, il nourrit la violence à notre encontre."

 "Quand on a un député qui a ces propos, qui nous traite de barbares, c’est indigne de sa fonction, c’est antirépublicain", a-t-elle poursuivi, appelant le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, à "rappeler à l’ordre" le chef de file des Insoumis.

Ce dernier a réagi mercredi matin sur Twitter en dénonçant une "inacceptable insulte à nos forces de l'ordre". "Jean-Luc Mélenchon leur doit le respect et désormais des excuses", ajoute le ministre de l'Intérieur. 

Loin de présenter des excuses, Jean-Luc Mélenchon en a réclamé à son tour à Christophe Castaner en égrainant des chiffres de victimes de manifestations. Ajoutant que le ministre de l'Intérieur était "déjà remplacé par le syndicat Alliance". Une nouvelle saillie sans doute pas de nature à calmer la colère des policiers... 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter