Mise au point : le soutien de l'État à Air France et Renault

Mise au point : le soutien de l'État à Air France et Renault

François Lenglet, notre spécialiste économie, s'est penché ce dimanche sur les motivations de l'État à allouer des aides historiques à Air France et à Renault.

Bruno Le Maire avait annoncé vendredi des prêts colossaux accordés à Air France et à Renault. Rien à voir avec les nationalisations idéologiques de 1982, l'État aide actuellement des entreprises en difficulté temporaire. Air France va bénéficier d'un prêt de 7 milliards d'euros pour passer la crise. Toute la difficulté pour l'État brancardier, c'est de ne pas sauver les entreprises qui sont déjà condamnées. Le soutien de l'État va donc être utilisé pour accélérer les restructurations et non pas pour les éviter.

Ce sujet a été diffusé dans le journal télévisé de 20H du 26/04/2020 présenté par Anne-Claire Coudray sur TF1. Vous retrouverez au programme du JT de 20H du 26 avril 2020 des reportages sur l'actualité politique économique, internationale et culturelle, des analyses et rebonds sur les principaux thèmes du jour, des sujets en régions ainsi que des enquêtes sur les sujets qui concernent le quotidien des Français.

Toute l'info sur

LE WE 20H

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : le variant découvert en Inde classé comme "préoccupant" par l'OMS

EN DIRECT - Tensions à Jérusalem, frappes sur la bande de Gaza : Washington condamne "une escalade inacceptable"

Mort de Michel Fourniret : "Il était incapable de donner des informations", réagit le père d'Estelle Mouzin

Vincent éliminé de "Koh-Lanta" : "En rentrant, je me suis inscrit à une formation pour devenir coach de vie"

Cinq départements désormais en alerte orange pluie-inondation

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.