VIDÉO - Moralisation de la vie publique : le texte arrive à l'Assemblée, les 3 points qui font enrager les députés

DÉBAT - Après les sénateurs, qui l'ont adopté il y a quelques jours, c’est au tour des députés de se pencher ce lundi sur le projet de loi sur la moralisation de la vie publique. Notes de frais, suppression de la réserve parlementaire... : ils sont beaucoup, dans la majorité comme dans l'opposition, à ne pas apprécier certaines propositions.

Après avoir été adopté par le Sénat il y a 10 jours, le texte sur la moralisation de la vie publique arrive ce lundi à l'Assemblée Nationale. Projet phare du début de quinquennat d'Emmanuel Macron, il fait débat dans l'Assemblée, notamment au sein même de la majorité. 


Parmi les propositions qui posent problème, figure tout d'abord l’instauration des notes de frais pour les députés.  Pour le moment, chaque élu bénéficie d’une enveloppe de 5.840 euros tous les mois , sans avoir besoin fournir de justificatif. Ces dépenses seront désormais remboursées sur présentation de note de frais.

1.000 amendements déposés

Deuxième point de friction : la réserve parlementaire. La loi de moralisation projette de la supprimer. Plusieurs députés regrettent la fin de cet argent qu'ils avaient à disposition pour soutenir des associations et des projets communaux. 


Enfin, le projet de loi vise à interdire les emplois familiaux, une pratique encore répandue à l'Assemblée. Au total, pas moins de 1.000 amendements ont été déposés par les députés et seront examinés à partir de ce lundi.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Macron

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter