VIDÉO - "N'est pas Mitterrand qui veut" : les fidèles de "Tonton" jugent sévèrement Hollande

Politique
DirectLCI
100 ANS - À l'occasion du centenaire de la naissance de François Mitterrand, Jean Glavany, Hubert Védrine et François Loncle ne sont pas tendres avec son lointain successeur socialiste. Autorité, stature ... ils jugent sévèrement la présidence Hollande.

Comme souvent, "c'était mieux avant". Trois grands compagnons de route de François Mitterand ont dressé au micro de LCI un petit comparatif Hollande-Mitterrand, à l'occasion du centenaire de la naissance de ce dernier ce 26 octobre. Et ils ne sont pas toujours tendres avec l'actuel locataire de l'Elysée.


- Pour l'ex-directeur de cabinet de Mitterrand Jean Glavany, le seul point commun entre les deux hommes est d'avoir été les seuls président socialistes de la cinquième République. "Chez Hollande il n'y a pas l'obsession du rassemblement de la gauche. Il n'y a pas non plus l'obessession de la lecture, de la culture. Il n'y a pas l'autorité naturelle", tacle le député PS. 


- Hubert Védrine, qui fut secrétaire général de François Mitterrand, est plus clément. Regrettant le temps où il y avait "plus de retenue, moins de fréquence dans la parole", l'ex-ministre estime qu'avant lui, c'est Sarkozy qui avait "cassé le moule" d'une posture régalienne sans faille et d'une communication minimaliste. 


- A propos de régalien, François Loncle, l'ex-secrétaire d'Etat à la Ville de "Tonton", estime que, "sur certains aspects" - "les moments officiels, les références à l'Histoire" - la comparaison est pertinente. Mais "n'est pas Mitterrand qui veut", tranche-t-il finalement.  

François Hollande n'est pas un mauvais président. C'est un homme honnête, loyal. Il n'a pas pété les plombs. Ils ne sont pas nombreux dans ce cas-làJacques Attali

En janvier dernier, François Hollande avait évoqué, à Jarnac sur les terres l'ex-chef de l'Etat, "l'esprit Mitterrandien". Quatre ans plus tôt, en 2012, il disait pour autant "ne pas vouloir répliquer, imiter, reproduire" son mentor, dont il fut le collaborateur quelques mois en 1981 aux côtés de Ségolène Royal. Les deux poulains avaient été recommandés par Jacques Attali. L'ex-conseiller spécial de Mitterrand a volé au secours de son protégé, ce mercredi sur France Info. "Vous parlez de François Mitterrand : il avait infiniment plus de pouvoir que ses successeurs, et en particulier que son successeur actuel. C'était beaucoup plus intéressant d'être président en 1981 qu'en 2016 !", plaide-t-il. 


D'ailleurs, pour l'économiste, François Hollande "n'est pas un mauvais président. C'est un homme honnête, loyal. Il n'a pas pété les plombs. Ils ne sont pas nombreux dans ce cas-là", estime Jacques Attali. Avant d'ajouter : "Hollande a toujours, lui aussi, l'idée en permanence de regarder quelle trace il va laisser dans l'Histoire". Depuis l'affaire des 60 heures d'entretiens de ce dernier avec des journalistes du Monde dans le cadre de l'ouvrage Un président ne devrait pas dire ça, cette réflexion devrait mettre tout le monde d'accord.  

Lire aussi

Lire aussi

Lire aussi

En vidéo

Livre de François Hollande : peut-il encore se présenter ?

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter