Nicolas Sarkozy mis en examen dans l'affaire libyenne : sa contre-attaque sur TF1 en 5 moments forts

PUNCHLINES – Au lendemain de sa mise en examen dans l’affaire du financement libyen présumé de sa campagne présidentielle de 2007, Nicolas Sarkozy est venu livrer sa version des faits jeudi soir au 20H de TF1. Revivez cet entretien exclusif en cinq moments marquants (plus un bonus).

La rage au ventre, Nicolas Sarkozy est venu livrer sa version des faits. Au lendemain de sa mise en examen pour "corruption passive", "financement illégal de campagne électorale" et "recel de fonds publics libyens", l’ex-président de la République était l’invité du 20H de TF1 de Gilles Bouleau ce jeudi soir. 


L’occasion pour lui d’exprimer sa colère et sa ligne de défense contre ces accusations qui lui prêtent des liens troubles avec le clan de l’ancien dictateur de Libye, Mouammar Kadhafi. 


Revivez cet entretien exclusif en cinq moments marquants (et un autre en bonus).

Je n’ai jamais trahi leur confiance

Martelant son indignation, Nicolas Sarkozy a estimé qu’il devait "la vérité" aux Français. "Je n’ai jamais trahi leur confiance", a-t-il assuré, niant les faits qui lui sont reprochés. 

En vidéo

"Je n’ai jamais trahi leur confiance"

Il n’y a que la haine, la boue, la médiocrité, la malveillance et la calomnie

"Il n’y a pas un document, pas une photo, pas un compte, pas une preuve matérielle", a dénoncé l’ancien chef de l’Etat au sujet des allégations portées à son encontre. "Il n’y a que la haine, la boue, la médiocrité, la malveillance et la calomnie."

En vidéo

"Il n’y a que la haine, la boue, la médiocrité, la malveillance et la calomnie"

Takieddine est un intermédiaire sulfureux

À plusieurs reprises, Nicolas Sarkozy a évoqué "le sinistre [Ziad] Takieddine", qu’il dit n’avoir rencontré que deux fois, en 2002 et en 2003. "Monsieur Takieddine est un intermédiaire sulfureux qui a fait de la prison", a-t-il déclaré.  

En vidéo

"Takieddine est un intermédiaire sulfureux qui a fait de la prison"

Je pourfendrai cette bande

"Je prends les choses très au sérieux, beaucoup plus que vous l’imaginez", a souligné Nicolas Sarkozy, critiquant vertement le clan Kadhafi. "Ça me prendra un an, deux ans, dix ans, mais je pourfendrai cette bande. Je ferai triompher mon honneur."

En vidéo

"Je pourfendrai cette bande"

La politique c’est fini, mais la France ce n’est jamais fini

"Je ne plains nullement du traitement qui m’est fait", a également affirmé l’ex-locataire de l’Elysée. "Depuis que je suis tout petit, j’ai compris que ma vie serait passionnante mais qu’elle serait une vie de combat", a-t-il poursuivi. "La politique c’est fini, mais la France ce n’est jamais fini."

En vidéo

"La politique c’est fini, mais la France ce n’est jamais fini"

Mais vous fumez, monsieur

C’est sans doute l’instant qui a le plus fait réagir (et amusé) les réseaux sociaux : Nicolas Sarkozy s'est étonné des ennuis judiciaires causés par Mouammar Kadhafi : "Si on m'avait dit que j'aurais des ennuis à cause de Kadhafi, je me serais dit 'mais vous fumez, monsieur !'"

En vidéo

"Mais vous fumez, monsieur"

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Le 20h

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter