Partie de campagne, épisode 3 : comment s’imposer comme candidat ?

Partie de campagne, épisode 3 : comment s’imposer comme candidat ?

C'est un statut qui n'est pas si évident à conquérir. Pourtant, nous sommes à six mois pile du premier tour de l'élection présidentielle. Comment s'imposer comme candidat ? Troisième épisode de notre rubrique "Partie de campagne".

C'est bien connu, Emmanuel Macron aime convoquer l'histoire. Au Panthéon, il marche une fois de plus dans les pas d'un illustre prédécesseur : François Mitterrand en modèle et son garde des Sceaux Robert Badinter en invité d'honneur. La force tranquille, c'est lui désormais. Dans le huis clos du Conseil des ministres cette semaine, il prévenait que “les débats en cours vont finir par lasser les Français. Il ne faut pas se laisser emporter dans le commentaire permanent”.

Toute l'info sur

Le WE

Pas besoin d’être candidat pour faire campagne. Éric Zemmour l'a bien compris lui aussi. Malgré des tensions avec des opposants en Corse, il s'offre un nouveau meeting déguisé en séance de dédicaces. Selon ses proches, le polémiste pourrait rester dans l'ambiguïté jusqu'à la mi-novembre et peu importe les pressions de ses concurrents. “Je me présenterais quand je voudrais et si je veux. Est-ce qu‘Emmanuel Macron est candidat ?”, lance-t-il.

Pendant que les non-candidats se répondent, les autres se retrouvait presque tous au même endroit. Le Sommet de l’élevage de Clermont-Ferrand était le passage obligé cette semaine. Pas moins de 7 candidats se sont succédé en trois jours. Ils avaient le même objectif : afficher sa proximité avec le monde rural.

À chacun sa stratégie pour redonner du souffle à sa campagne. Marine Le Pen parle peu, mais multiplie les selfies. Annoncé comme l’outsider à droite, Michel Barnier discute beaucoup, mais il rencontre une difficulté surtout avec les jeunes. Le candidat LR reconnaît “son déficit de notoriété, c’est pour ça que c’est très stimulant”, dit-il, “d'avoir des marges de progrès”

Pas de Sommet de l’élevage pour Jean-Luc Mélenchon, mais les salons feutrés de Sciences Po après une école de commerce la semaine dernière. Interrogé sur l’union de la gauche pour cette présidentielle, le leader Insoumis ferme la porte définitivement. “Nous ne pouvons pas nous entendre. Et si nous nous entendions, nous ferions fuir ceux qui votent pour nous”.

Dans cette campagne, il y a aussi ceux qui ne sont pas candidats pour l'instant. Édouard Philippe lance son nouveau parti “Horizons”. Objectif officiel : faire réélire Emmanuel Macron. Objectif officieux : siphonner la droite pour préparer 2027. Après François Mitterrand pour le président, voici le V de la victoire comme Jacques Chirac. Ce week-end sur Internet, il y a eu plus de recherches sur l'ancien Premier ministre que sur le président. Voilà un allié qui n’a peut-être pas fini de faire de l’ombre.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Que risquera-t-on en roulant sans pneus hiver après lundi prochain ? Le 20H vous répond

EN DIRECT - Procès du 13-Novembre - "Je voudrais dire quelque chose" : Salah Abdeslam s'adresse à la cour

"On marche sur la tête" : la colère monte face aux routes bloquées de la frontière franco-espagnole

VIDÉO – Un an de précipitations en 48h : la Sicile frappée par des inondations meurtrières

Tir mortel d’Alec Baldwin : Donald Trump Jr. vend des t-shirts se moquant de l’acteur

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.