Partie de campagne, épisode 9 : pourquoi les candidats veulent se faire entendre ?

Partie de campagne, épisode 9 : pourquoi les candidats veulent se faire entendre ?

Si certains candidats ont commencé à détailler leur programme cette semaine, d'autres comptent surtout sur les coups de force pour se faire entendre. Voici l'épisode 9 de Partie de Campagne.

Xavier Bertrand n'a pas baissé la tête, mais Emmanuel Macron ne lui a pas lâché la main. Pendant trois minutes, l'échange sur l'avenir des salariés d'Ascoval est musclé. À deux semaines du congrès des Républicains, Xavier Bertrand veut être l'opposant numéro un du chef de l'État. Un peu plus tard, ce dernier voulait être le porte-parole des pêcheurs privés de licences. Derrière le président, le candidat n'est jamais très loin. Juste avant ce face-à-face, il y avait eu l'opération séduction la veille au congrès des maires.

Toute l'info sur

Le WE

Tous les candidats veulent cajoler les maires, surtout ceux en manque de parrainage. Beaucoup ont envoyé des émissaires. Jean Lassalle se charge de la récolte personnellement. Les élus locaux sont de plus en plus réticents à parrainer. Ils étaient près de 18 000 en 2002, moins de 15 000 il y a 5 ans, à peine un peu plus d'un tiers des 42 000 élus. Beaucoup ne se reconnaissent pas dans ce début de campagne très sécuritaire.

Cette semaine, Jean-Luc Mélenchon et Anne Hidalgo étaient sur le plateau de TF1. Le pouvoir d'achat et la santé sont au cœur de leurs campagnes. Fabien Roussel essaie même d'aller plus loin. Son slogan promet des jours heureux et des fins de mois plus facile pour tout le monde. Les sondages sont figés à gauche. Il y avait alors cette semaine, comme un pacte de non-agression.

Yannick Jadot n'attaquera pas ses concurrents. Sa campagne est même parfois jugée un peu trop molle. Il assume. Il veut être un écologiste crédible plutôt que bruyant. Pas d'attaque entre candidats, mais des appels du pied aux électeurs. Le candidat écologiste espère bien profiter des difficultés d'Anne Hidalgo. Dimanche matin, il propose aux socialistes de le rejoindre.

Pour gagner une présidentielle, il faut des électeurs, mais aussi de l'argent. Eric Zemmour était à Londres pour trouver des donateurs et relancer sa campagne. Déclaré persona non grata par le maire, il doit renoncer à la prestigieuse Royale Institution. Sa réunion avec les expatriés aura finalement lieu à l'hôtel Ibis.

TF1 | Reportage L. Zajdela, G. D'Angeli, Service politique

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : la France a rapatrié plus de 20.000 personnes bloquées au Maroc

Covid-19 : plus de 10.000 patients hospitalisés, "la situation est en train de s'aggraver", annonce Olivier Véran

"Je ne suis plus le journaliste, l'écrivain, je suis candidat", affirme Eric Zemmour sur TF1

VIDÉO - Los Angeles : le fiasco de "The One", la maison la plus chère du monde

"Cela ne va pas le faire" : pessimisme sur l'efficacité des vaccins anti-Covid existants face à Omicron

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.