VIDÉO - Pour Marlène Schiappa, l'hommage rendu à Roman Polanski "contribue à la culture du viol"

Politique
HARCÈLEMENT SEXUEL - Déjà plusieurs jours qu’une pétition circule pour annuler la rétrospective du cinéaste franco-polonais Roman Polanski, notamment accusé de viol sur mineure aux Etats-Unis. Lundi soir, l’artiste était pourtant présent à Paris. Invitée de LCI, Marlène Schiappa, la secrétaire d’Etat chargée de l'égalité entre les hommes et les femmes a émis toutes ses réserves sur l'organisation de cet événement.

Depuis l’affaire Weinstein qui a secoué Hollywood, le harcèlement sexuel est au cœur des débats publics. En France, ces derniers jours, c’est un autre cinéaste qui (re)fait polémique : Roman Polanski fait l’objet d’une rétrospective cette semaine à la Cinémathèque de Paris alors qu’il reste toujours accusé de viol par plusieurs femmes aux Etats-Unis.

Cela contribue à la culture du violMarlène Schiappa

Invitée de LCI ce mardi matin, Marlène Schiappa a tenu à réagir à cette nouvelle polémique. Pour elle, le maintien de l’événement dédié au cinéaste franco-polonais "contribue à la culture du viol" car selon elle, il s’agit ici de "relativiser les viols ou les agressions sexuelles selon le talent ou la notoriété de la personne qui est mise en cause". Et de juger qu'il était "difficile de dérouler le tapis rouge à des agresseurs sexuels".


La secrétaire d’Etat pointe également du doigt un autre événement à venir à la Cinémathèque de Paris, celui de Jean-Claude Brisseau. Ce dernier a été condamné en 2005 pour harcèlement sexuel sur deux actrices et en 2006 pour agression sexuelle sur une troisième femme. Ce qui choque la secrétaire d’Etat aux droits des femmes qui invite la Cinémathèque de Paris à programmer "des cinéastes femmes ou des cinéaste hommes qui n’ont pas été condamnés pour agression sexuelle".

Je n'ai pas à condamner une œuvreFrançoise Nyssen, ministre de la Culture

De son côté, Françoise Nyssen la ministre de la Culture avait relativisé la polémique autour du maintien de la rétrospective Polanski à la Cinémathèque, en expliquant qu'il s'agissait "d'une œuvre" et non "pas d'un homme". La ministre avait même déclaré sur France Info qu'elle n'a "pas à condamner une oeuvre". Une légère différence donc avec les propos de Marlène Schiappa.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

#BalanceTonPorc, le hashtag qui réveille les consciences contre le harcèlement

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter