VIDÉO - Pour Virginie Calmels, Emmanuel Macron ne fait pas "tout à fait" une politique de droite

DirectLCI
CLIVAGE DROITE/GAUCHE - Virginie Calmels, première adjointe à la mairie de Bordeaux et soutien de Laurent Wauquiez à la présidence du parti Les Républicains, a estimé ce lundi matin sur LCI que le président Emmanuel Macron ne menait "pas tout à fait" une politique de droite. "Il a un marqueur d’une gauche moderne, d’une gauche rénovée, d’une gauche sociale-démocrate" a-t-elle ajouté.

Virginie Calmels, première adjointe à la mairie de Bordeaux et proche d'Alain Juppé, a annoncé il y a quelques jours son soutien à Laurent Wauquiez pour la présidence du parti Les Républicains. Un ralliement qui lui a été reproché, la ligne politique défendue par le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes étant bien plus à droite que celle du maire de Bordeaux. 


Mais l'ancienne cheffe d'entreprise s'est défendue ce lundi matin sur LCI, arguant qu'elle souhaitait avant tout rassembler sa famille politique, pour que celle-ci puisse se faire entendre et s'opposer fermement à Emmanuel Macron. Car pour elle, le président ne mène pas une politique de droite. "Arrêtons la com’ et la sur-com’ pour nous faire croire que ‘Tout va bien madame la marquise’ ou ‘On a traité les problèmes’ ou 'Emmanuel Macron mènerait une politique de droite'. C’est pas tout à fait le cas", a-t-elle déclaré.

Il faut aller beaucoup plus loin et beaucoup plus vite.Virginie Calmels à propos de la politique d'Emmanuel Macron

Alors qu'on lui demandait si la baisse des charges pour les entreprises, la réforme du code du travail ou la baisse des impôts n'étaient pas proche d'une politique de droite, l'adjointe d'Alain Juppé a coupé, à rebours des critiques formulées par la gauche à Emmanuel Macron : "La baisse des impôts, pardon mais je ne la vois pas. Je ne vois pas une seule baisse des impôts aujourd’hui dans ce pays, ni une vraie baisse de la dépense publique. Pas de hausse, c’est pas la baisse", a-t-elle estimé. "Nous, ce qu’on veut, c’est réellement libérer ceux qui créent de la valeur, les entrepreneurs, les artisans…. (Emmanuel Macron) ne va pas assez loin. C’est la politique des petits pas, il est simplement en train de poursuivre ce qui avait été inachevé avec la loi El Khomri. Tant mieux, moi j’y suis favorable, je trouve que ça va dans la bonne direction, mais il faut aller beaucoup plus loin et beaucoup plus vite si on veut que le pays sorte du cancer du chômage."

En vidéo

Virginie Calmels : "Je ne crois pas au ni droite ni gauche"

Virginie Calmels a également affirmé qu'elle n'avait jamais hésité à rejoindre Emmanuel Macron après son élection. "Je ne crois pas au ni droite ni gauche. Nous avons clairement des différences idéologiques. Emmanuel Macron a toujours voté à gauche. Il a voté Ségolène Royal, il a voté François Hollande, il a un marqueur pour moi d’une gauche moderne, d’une gauche rénovée, d’une gauche sociale-démocrate. Moi je suis une femme qui suis profondément à droite. Parce que je veux un régalien fort dans ce pays, parce que je crois que parler d’immigration c’est être pragmatique."

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter