VIDÉO - Premiers pas (chahutés) de Dupond-Moretti à l'Assemblée : "Vous me jugerez sur ce que j’ai fait"

VIDÉO - Premiers pas (chahutés) de Dupond-Moretti à l'Assemblée : "Vous me jugerez sur ce que j’ai fait"
Politique

PARLEMENT - Le nouveau garde des Sceaux Eric Dupond-Moretti a fait ses premiers pas à l'Assemblée nationale ce mercredi. Chahuté, il a demandé aux parlementaires de le juger sur ce qu'il fera, et non ce qu'il a pu dire dans le passé.

Habitué des tribunaux, le nouveau garde des Sceaux Eric Dupond-Moretti a fait ses premiers pas dans l'hémicycle de l'Assemblée nationale ce mercredi 8 juillet. "C'est compliqué pour moi, c'est une première", a-t-il d'ailleurs avoué au milieu de son intervention, alors qu'il a été interrompu à de nombreuses reprises par les parlementaires.

Lire aussi

Il répondait à une question du député LR Antoine Savignat qui lui demandait pourquoi il avait accepté cette fonction alors qu'il avait assuré du contraire, et si ses "actions futures" seraient "en adéquation avec (ses) déclarations passée". "Vous savez tous que quand on est avocat pénaliste libre, on n’a pas la même parole que quand on représenta l’Etat. Ça n’échappe à personne. Avez-vous toujours dit la même chose ? C’est vrai qu’à un moment j’ai dit que je n’accepterai pas cette tâche, il doit y avoir une dizaine ou une quinzaine d’années", a-t-il répondu. Il a cependant dit qu'il n’accepterait pas un poste de ministre non pas il y a "une dizaine ou une quinzaine d’années" mais il y a deux ans sur LCI.

Toute l'info sur

Le gouvernement Castex

Qui est Jean Castex, le successeur d'Edouard Philippe ?

"On ne juge pas des hommes sur des a priori me semble-t-il. Vous me jugerez sur ce que j’ai fait quand je l’aurai fait", a continué l'ancien ténor du barreau. "Quand on est au café du commerce, on ne s’exprime pas comme quand on est avocat. Quand on est avocat, on ne s’exprime pas comme quand on est ministre. Ça, c’est pour la forme. Au café du commerce je ne porte pas de cravate, à l’Assemblée j’en mets une." 

"Ma parole a été celle d’un homme libre, ma parole sera celle du ministre de ce gouvernement", a-t-il ajouté, assurant qu'il travaillerait avec "tous, députés de la majorité comme de l'opposition". "Ma porte est ouverte, vous n'aurez pas à la forcer."

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent