VIDÉO - Présidentielle 2017 : une abstention à plus de 30%, c'est nouveau ? C'est grave ?

VIDEO - Selon plusieurs sondages, plus de 30% des électeurs français souhaitent s'abstenir lors de l'élection présidentielle. Et même si ce ne sont que des estimations, si elles se réalisaient, ce serait une première car le scrutin présidentiel est généralement très mobilisateur.

Elle se placerait devant les onze candidats à la présidentielle. L'abstention atteindrait le taux record de 32% selon l'institut de sondages Ifop et jusqu'à 34% pour Ipsos  Sopra Steria. Une configuration jamais vue avant une élection présidentielle, puisque le taux d'abstention dépasserait le score des deux candidats en tête : Emmanuel Macron et Marine Le Pen, qui seraient à 24% d'intentions de vote selon Kantar Sofres-OnePoint.  Mais doit-on s'inquiéter pour autant de ce nouveau record des non-votants ?

Les résultats du scrutin sont alors imprévisibles. Le sondage réalisé par Ispsos entre le 7 et le 9 avril laisse entendre que près de 57% des sympathisants de Benoît Hamon pourraient changer d'avis et se reporter sur Jean-Luc Mélenchon. Même mouvement de vases communicants pour les soutiens de Marine Le Pen, qui seraient 29% à déclarer pouvoir voter pour le candidat de la France insoumise en second choix. 

Une configuration inédite qui rend toutes estimations sur les intentions de vote des Français à prendre avec une certaine distance.  D'ici le dimanche 23 avril 2017, tout est possible. 

2002 : l’accident de parcours

L'abstention est plutôt une préoccupation nouvelle. Jusqu’en 2002, elle oscillait entre 15 et 20% et personne ne s’en souciait vraiment. Mais le 21 avril 2002 est un choc politique. La première présidentielle du millénaire a renversé les schémas traditionnels. En plus de détenir le record du nombre de candidats en lice - ils étaient 16, dont 8 marqués à gauche - c’est en effet la première fois que le taux d’abstention était aussi élevé. 

Avec 28,4% des voix au premier tour, les abstentionnistes sont alors devenus, en quelque sorte, le plus grand parti de France. Car ils ont rassemblé plus de Français que le candidat RPR Jacques Chirac et le frontiste Jean-Marie Le Pen, qui ont recueilli respectivement 19,8% et 16,8% des voix. C'est également la première fois que le parti frontiste est au second tour ne propose pas un choix entre la gauche et la droite.

En éliminant au premier tour le socialiste Lionel Jospin, récoltant 16,18% des voix, les abstentionnistes prouvent que plus l'abstention est forte, moins les sondages sont fiables. 

La présidentielle mobilise toujours

Trois présidentielles plus tard, on s’aperçoit que l’abstention aux élections en France a explosé, mais pas forcément lors de la présidentielle, qui reste le scrutin le plus mobilisateur chez les Français. En 2007, le taux d’abstention au premier tour fait office de retour à la normale avec 16,2%. Les scrutins plus petits comme les législatives, les régionales ou les municipales enregistrent quant à eux une abstention massive. On passe par exemple de 35,60% à 42,78% entre 2002 et 2012. 

Jusqu'ici, la présidentielle avait globalement été épargnée par la montée de l'abstention, hormis l'exception de 2002. Mais si les estimations réalisées par les instituts de sondages sont justes, le premier tour de cette présidentielle sera historique. Avec plus de 30% d’abstention, tous les scénarios politiques deviennent possibles. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Elections présidentielles

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter