"Nous n'aurons qu'un seul candidat" LR pour 2022, affirme Gérard Larcher

"Nous n'aurons qu'un seul candidat" LR pour 2022, affirme Gérard Larcher

ORGANISATION - Invité ce jeudi sur LCI, le président LR du Sénat, Gérard Larcher, a assuré que la droite ne présenterait qu'un seul candidat à l'élection présidentielle de 2022. Il exhorte ainsi Xavier Bertrand à rejoindre la primaire.

"Nous n'avons pas le droit de nous dérober à cette responsabilité." Pour le président LR du Sénat, Gérard Larcher, la droite a "un devoir d'État" de ne présenter qu'un seul candidat pour 2022. Alors que tous les partis se mettent en ordre de marche pour l'élection présidentielle, les Républicains n'ont pas encore accordé leurs violons.

Pendant que Michel Barnier, Éric Ciotti, Philippe Juvin, ou encore Valérie Pécresse ont annoncé leur candidature et se sont mis d'accord pour participer à la primaire de la droite, à partir du 25 septembre, la présence ou non de Xavier Bertrand focalise toute l'attention. Candidat de la droite le mieux placé dans les sondages, il compte se lancer dans la course à l'Élysée sans passer par la case primaire.

Toute l'info sur

Election présidentielle 2022

"Nous n'aurons qu’un seul candidat, ou qu'une seule candidate. Et nous l’aurons avant la fin de l’année", insiste Gérard Larcher ce jeudi sur LCI. "C'est une responsabilité majeure que nous avons vis-à-vis des Français." Très embêté par le parcours en solitaire de Xavier Bertrand, il assure être en contact avec lui régulièrement. "Je souhaite qu’après le 25 septembre, il entre dans la procédure. Il faut penser à la France, il faut penser aux Français, à la situation de notre pays", martèle-t-il, semblant s'adresser directement au président de la région des Hauts-de-France. "Je les connais tous, je sais qu'ils ont le sens de l'État", ajoute-t-il.

Il faut savoir rassembler et proposer autre chose aux Français qu’une bataille d’égo.- Gérard Larcher, président LR du Sénat

Pour le président du Sénat, la tenue d'une primaire de la droite en bonne et due forme est indispensable afin d'être présent au deuxième tour "pour ne pas revenir dans le duel mortifère pour la démocratie, à mes yeux, entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen". "Il faut savoir rassembler et proposer autre chose aux Français qu’une bataille d’égos", estime-t-il.

Lire aussi

Le 25 septembre, les militants LR pourront voter en faveur d'une primaire fermée, réservée au seul Congrès, ouverte à tous les Français ou semi-ouverte, soit accessible aux seuls militants et sympathisants. Viendra ensuite le choix du candidat, qui sera désigné "fin novembre", indique Gérard Larcher. Après cette date, il ne sera, assure-t-il, plus question de revenir sur le résultat du vote : "On ne peut pas invoquer le vote des Français le 25 septembre et considérer fin novembre qu’il n’a plus de sens."

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Crise des sous-marins : Paris annule une réunion entre les ministres de la Défense français et anglais

Afghanistan : le groupe État islamique revendique deux attaques à la bombe contre les talibans

Emmanuel Macron a-t-il "dépensé entre 5 et 7 milliards d'euros en quinze jours" ?

Avant les sous-marins australiens, le cas des F-35 américains préférés aux Rafale par la Suisse

"Cet épisode va laisser des traces" : après la crise des sous-marins, la France peut-elle quitter l'Otan ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.